Combat de championnat pour Kean

Pour sa deuxième sortie en carrière au Centre... (La Presse photo Bernard Brault,)

Agrandir

Pour sa deuxième sortie en carrière au Centre Bell, Simon Kean aura droit à un combat pour le championnat canadien des poids lourds.

La Presse photo Bernard Brault,

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après Patrice L'Heureux et David Cadieux, Simon Kean aura la chance de poursuivre la riche tradition chez les boxeurs poids lourds de la Mauricie, le 28 janvier prochain au Centre Bell, alors qu'il se battra pour le championnat canadien du Canadian Professionnal Boxing Council.

Raymond Olubowale avait vaincu le Triflluvien David Cadieux... (Archives, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Raymond Olubowale avait vaincu le Triflluvien David Cadieux pour le titre canadien des poids lourds le 21 septembre 2007 au Colisée de Trois-Rivières.

Archives, Le Nouvelliste

Pour l'occasion, l'olympien de 27 ans sera confronté à un vétéran bien connu dans la région: Raymond Olubowale (11-7-1, 8 K.-O.). Le Kilimandjaro ontarien avait notamment dépouillé David Cadieux de son titre canadien, le 21 septembre 2007 au Colisée de Trois-Rivières, en signant une victoire par K.-O. devant des amateurs trifluviens médusés. Cette défaite avait du même coup mis un terme à la carrière de Cadieux.

Ce soir de septembre 2007, Kean était présent au vieux Colisée trifluvien. À 18 ans, il était même grimpé entre les câbles en finale du volet amateur du gala en signant une première victoire chez les seniors.

La défaite de Cadieux est donc bien gravée dans sa mémoire et en janvier prochain, il entend rétablir l'honneur de la région, en sous-carte du gala qui mettra en vedette Steven Butler.

«C'est une question de fierté régionale. Je veux venger la défaite de David. C'est un gars que je connais bien. Et surtout, je veux que la ceinture canadienne revienne en Mauricie.»

Après six tests passablement faciles depuis son arrivée chez les professionnels, le protégé de Mike Moffa trépigne d'impatience à l'idée d'affronter des boxeurs d'un meilleur calibre. D'ailleurs, à sa dernière sortie entre les câbles - une victoire par T.K.-O. au deuxième round - Kean n'avait pas mâché ses mots en décrivant son adversaire David Torres Garcia de «gros jambon saucisse-bacon».

«Je suis resté sur ma faim à mon dernier combat. Je suis avide de victoires et très enthousiaste à l'idée de pouvoir décrocher ma première ceinture. C'est une belle occasion qui se présente à moi. On s'en va vers le top!»

Il y a d'ailleurs déjà un bon moment que l'écurie Eye of the Tiger Management souhaite mesurer Kean à Olubowale. Au départ, le promoteur Camille Estephan aurait aimé concrétiser ce duel le 27 mai dernier à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières. Cependant, une opération à une main avait forcé l'actuel champion canadien au repos. Huit mois plus tard, les astres sont bien alignés.

«Je suis bien content d'affronter le gars qui a battu David Cadieux. Je vais reprendre là où il a laissé. Ça va être un défi intéressant. À nous deux, il va y avoir environ 550 livres dans le ring. Quand je vais le knocker au milieu du ring, le Centre Bell au complet va shaker!»

À Mississauga d'abord

Avant de songer à son affrontement avec le Kilimandjaro ontarien, le protégé d'Eye of the Tiger Management devra canaliser d'abord ses énergies vers l'Américain Danny Calhoun, avec qui il a rendez-vous samedi soir en finale d'un gala présenté par United Boxing Promotions à Mississauga.

«C'est un gars actif avec une belle fiche. Il représente un bon défi auquel je dois m'attarder avant de penser à mon prochain combat au Centre Bell», prévient le Trifluvien.

Par ailleurs, à l'aube de son combat en sol ontarien, l'ancien porte-couleurs du club Performance a décoché une pointe vers le détenteur de l'autre ceinture canadienne des poids lourds du National Championship Committee, Dillon Carman (11-2, 10 K.-O.).

«Hey, Dillon Carman! Je vais me battre dans ta ville, donc je vais t'offrir une paire de billets pour assister au gros spectacle!», a-t-il écrit sur Facebook.

Questionné cet effet, Kean a expliqué qu'il souhaitait simplement être aimable et qu'il ne cherchait pas une étincelle pour un éventuel combat. «J'ai fait ça par politesse seulement..., a-t-il lancé, sur un ton amusé. S'il venait se battre en finale d'un gala dans ma ville, j'espère qu'il aurait la décence de m'inviter!»

L'avenir le dira si les routes de Kean et Carman se croiseront.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer