Des appuis pour le projet de l'aréna Jean-Guy-Talbot

Une rencontre est prévue la semaine prochaine entre... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Une rencontre est prévue la semaine prochaine entre l'homme d'affaires Yves Tremblay et certains dirigeants afin de présenter le projet de réfection de l'aréna Jean-Guy-Talbot du secteur Cap-de-la-Madeleine.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le dossier ne se réglera pas en quelques jours, mais le projet de réfection de l'aréna Jean-Guy-Talbot, proposé par Yves Tremblay, a été reçu avec positivisme par une certaine partie de la communauté trifluvienne, bien qu'on se limite pour le moment à des appuis prudents.

Autant le milieu politique que celui des loisirs salue l'initiative de l'homme d'affaires, désireux de sauver l'aréna du secteur Cap-de-la-Madeleine ouvert en 1968 et situé au milieu d'un pôle multidisciplinaire, derrière l'Académie les Estacades et le Complexe sportif Alphonse-Desjardins (CSAD).

«Je n'ai reçu aucun commentaire négatif aujourd'hui [mardi]», s'enthousiasmait Tremblay, dont le téléphone a commencé à sonner dès 7 h.

En fin de journée, le promoteur a confirmé au Nouvelliste qu'une rencontre serait organisée la semaine prochaine afin d'établir les grandes lignes du projet. Le député provincial de Champlain Pierre-Michel Auger, le directeur général du CSAD David Labrecque de même que le directeur de la culture, des loisirs et de la vie communautaires à la Ville de Trois-Rivières, Jean-Marc Bergeron, devraient notamment y assister.

Inquiet de l'avenir à moyen et long terme de l'édifice de la rue de Grandmont, Yves Tremblay propose une cure de rajeunissement au site, un projet qu'il estime entre 10 et 14 M$. En plus de la réfection de l'aréna, il planche sur d'importantes rénovations au parc Martin-Bergeron, qui deviendrait un petit stade de baseball pouvant accueillir environ 1000 personnes. Des terrasses extérieures et un nouvel aménagement de la salle Patry avec des concessions font aussi partie des plans.

L'objectif consisterait à créer un partenariat public-privé et ce serait le CSAD qui gérerait le tout, comme il le fait déjà avec les infrastructures en place grâce à une entente tripartite avec la Commission scolaire Chemin-du-Roy et la Ville.

Les politiciens enthousiastes

L'investisseur, connu entre autres pour diriger l'entreprise Plante Sports, souhaite convaincre les trois paliers de gouvernement de la cohérence de sa démarche. Yves Lévesque, qui se trouve à l'extérieur de la ville, ne pouvait commenter le projet mardi, mais certains conseillers municipaux ont pris la balle au bond et décrit le dossier comme intéressant.

«Ça semble porteur d'espoir et c'est à l'est de la rivière Saint-Maurice, il faudra étudier attentivement le tout. L'engagement et le sérieux de M. Tremblay incitent à aller plus loin», mentionne le conseiller du district de Sainte-Marthe Daniel Cournoyer. 

Même son de cloche chez son collègue du district des Estacades, Pierre-Luc Fortin, qui rappelle que dès le début de son mandat, il s'était manifesté comme l'un des défenseurs de l'aréna Jean-Guy-Talbot. 

«On doit évaluer nos besoins en heures de glace, mais j'y crois encore. Le petit gars du Cap en moi veut que ça fonctionne. Chose certaine, il doit se passer quelque chose avec cet aréna. Le détruire représenterait une très grande perte pour le secteur.»

Le conseiller du district de la Madeleine René Goyette, où se trouve l'aréna, tempère quant à lui l'optimisme de ses confrères. 

«Je n'ai pas encore parlé avec Yves Tremblay, mais il y a plusieurs facteurs à prendre en compte, dont les discussions qu'il aura avec le service des loisirs.»

Il y a deux ans, un montant de 400 000 $ avait été injecté par la Ville afin d'effectuer des rénovations temporaires à l'aréna Jean-Guy-Talbot, question d'augmenter sa durée de vie de quatre ou cinq ans. En général, il y avait toutefois peu de volonté politique pour assurer l'avenir de la bâtisse.

La réalité pourrait cependant changer avec l'initiative de Tremblay, comme le souligne le député Pierre-Michel Auger, qui admet avoir sursauté en découvrant les intentions de l'homme d'affaires.

«Il m'avait parlé de l'aréna en tant que tel, mais pas de tous les autres projets autour», sourit le politicien, heureux de voir renaître un mouvement afin de préserver l'aréna. 

«Sa disparition créerait un grande vide. C'est un emblème dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. Je n'ose pas trop m'avancer pour l'instant sur le projet du petit stade de baseball et sur les terrasses extérieures, mais pour ce qui est de l'aréna, M. Tremblay aura mon appui.»

Selon Pierre-Michel Auger, certains programmes gouvernementaux ont été utilisés ces dernières années afin de moderniser plusieurs arénas du Québec. Parmi eux figurait le Programme de soutien pour le remplacement ou la modification des systèmes de réfrigération, dont l'aide pouvait atteindre 1 M$. 

«Les programmes sont aujourd'hui terminés, mais si de nouveaux voient le jour, il faudra surveiller ça.»

Le hockey mineur surveille le dossier

À l'Association de hockey mineur de Cap-de-la-Madeleine, le président Marc Sévigny suivra également le dossier de près. 

«Nous serions contents de rester à l'aréna Jean-Guy-Talbot et ne pas avoir à déménager dans l'ouest de Trois-Rivières, c'est certain. Mais à la fin, la décision appartient à la Ville et on s'y pliera.»

Qu'à cela ne tienne, l'option la plus intéressante pour eux demeure un aréna de quartier. «Ça réglerait un problème dans l'est de la ville et ça réconforterait beaucoup de parents.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer