Beauvillier reste à New York

Anthony Beauvillier a inscrit son premier but dans... (New York Islanders)

Agrandir

Anthony Beauvillier a inscrit son premier but dans la LNH face aux Sharks de San Jose le 18 octobre dernier, à sa troisième rencontre dans le circuit Bettman. En 10 matchs dans la LNH, l'ancien des Cataractes montre un dossier d'un but et quatre passes.

New York Islanders

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À moins d'une grande surprise, les Cataractes de Shawinigan devront vraisemblablement faire leur deuil d'Anthony Beauvillier. Deux jours après avoir disputé son dixième match dans la Ligue nationale de hockey, les Islanders l'ont avisé lundi qu'il pouvait se trouver un logement à New York.

Beauvillier savait qu'il avait franchi une étape importante samedi soir face aux Oilers. Ce dixième match brûlait la première année de son contrat professionnel signé l'an dernier. Peu importe ce qui se passe à partir de maintenant, l'arbitrage lui sera accessible une saison plus rapidement que prévu.

À l'entraînement lundi, les Islanders ont donné encore plus de poids à leur décision en lui indiquant qu'il pouvait défaire ses valises et quitter l'hôtel. 

«C'est une bonne nouvelle, c'est sûr! Je suis content de mon début de saison et c'est une autre étape franchie aujourd'hui. Il ne faut pas que je tienne quoi que ce soit pour acquis, mais j'ai l'impression que les Islanders ont décidé de me garder au moins jusqu'aux Fêtes», confie le jeune homme de 19 ans, qui s'est fait remarquer dans les premières semaines du calendrier en amassant cinq points à ses cinq premiers matchs. 

«J'ai eu droit à quelques bonds chanceux, je savais que je ralentirais. De toute façon, mon rôle premier, c'est d'amener de l'énergie à l'équipe. C'est là-dessus que je me concentre.»

Quand même, les succès offensifs précoces du capitaine des Cataractes lui ont permis d'obtenir quelques auditions auprès des meilleurs joueurs de l'équipe. Il a évolué durant un match et demi avec Monsieur John Tavares, et il a été réuni à Ryan Strome et Andrew Ladd samedi. 

«Ça s'est mal passé avec Tavares, je cherchais trop à lui remettre la rondelle. J'ai été un peu intimidé. Avec Strome et Ladd par contre, j'ai aimé ce que nous avons fait. Je pense que nous avons généré de belles choses. Je crois que je suis en train de gagner la confiance de l'entraîneur.»

Ça n'a pas empêché Beauvillier de regarder le match de lundi soir depuis les gradins, retranché de l'alignement. C'était la troisième fois que Capuano se passait des services de ce choix de première ronde en 2015. Beauvillier doit décoder par lui-même ce qu'il doit faire pour rester dans l'alignement, Capuano n'a pas pris le temps une seule fois de le rencontrer depuis le début de la saison. Mais l'explosif attaquant ne s'en plaint pas. 

«Disons juste que c'est bien différent du junior! J'ai fait du vidéo une fois avec l'assistant entraîneur, c'est tout. C'est correct, c'est comme ça que ça se passe chez les pros», soutient-il. 

«C'est la meilleure ligue au monde ici, ça peut arriver d'être rayé de l'alignement. Quand ça se produit, tu fais de l'extra à l'entraînement et tu t'assures d'être prêt quand on fera de nouveau appel à tes services.»

Depuis un mois, Beauvillier doit s'ajuster à un paquet de trucs. Comme la vie à New York! Il a bien assisté à un match de la NBA jusqu'à maintenant mais pour le reste, il a remis le tourisme à plus tard. 

«Je suis en train de m'habituer à ma nouvelle routine. Au départ, ça n'a pas été facile. Durant 3-4 jours, je me suis beaucoup ennuyé de mon environnement à Shawinigan, de mes coéquipiers. Plus le temps passe, plus je m'y fais. Mais j'ai quand même écouté une douzaine de matchs des Cataractes, et je parle encore à mes coéquipiers pas mal à tous les jours.»

Crosby et Weber, impressionnants

Ce début de saison lui a déjà fait vivre de grands moments. Son premier but contre les Sharks n'a pas fait les jeux de la semaine, mais il va s'en souvenir longtemps. Comme il ne risque pas d'oublier son premier match face au Canadien. 

«Je regardais de l'autre bord durant la période d'échauffement, ça faisait bizarre de voir ce gilet dans le camp ennemi. Quand j'allais voir des matchs au Centre Bell, j'avais le même sur le dos!», lance Beauvillier, qui a été épaté par Shea Weber. 

«Crosby a été le joueur qui m'a le plus impressionné jusqu'ici. Ce n'est pas le plus grand, il ne fait pas six pieds. Mais il est tellement intelligent. Derrière lui, il y a Weber. Je n'en revenais pas de voir à quel point il était gros et fort! À un moment donné, j'ai voulu revenir devant le filet et disons qu'il n'a pas eu l'air de forcer ben ben pour me tasser.»

Il aimerait participer au Championnat du monde junior

Si c'était sa décision, Anthony Beauvillier reprendrait volontiers du service avec Équipe Canada junior aux Fêtes. L'attaquant de 19 ans doute toutefois que les Islanders le consultent avant de décider s'ils prêtent ses services à l'équipe qui sera pilotée par Dominique Ducharme.

«Si j'avais le choix, j'irais au Championnat du monde junior. Ce serait une formidable expérience de vivre un tournoi aussi prestigieux à Toronto et Montréal. Hockey Canada traite ses joueurs comme des pros, il y a vraiment beaucoup à retirer d'un événement comme celui-là», confie Beauvillier.

«Peut-être que je penserais différemment si j'avais gagné l'or l'an dernier avec Équipe Canada junior. Mais ça n'a pas été le cas. Et j'aimerais bien avoir une deuxième chance de décrocher l'or.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer