Le Vert et Or poursuit sa route malgré la controverse

Une victoire à Terrebonne propulserait le Vert et...

Agrandir

Une victoire à Terrebonne propulserait le Vert et Or en finale du Bol d'or juvénile 1-b pour une deuxième année consécutive.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La fin du match entre le Vert et Or juvénile du Séminaire Saint-Joseph et les Corsaires de Pointe-Lévy (Lévis) a pris une tournure controversée, la semaine dernière au stade Gilles-Doucet, quand les Trifluviens ont signé un gain de 36-30 sur un jeu dramatique.

En retard 30-28, le Vert et Or devait réussir un placement alors qu'il ne restait que quelques secondes à jouer, mais celui-ci a été bloqué par les visiteurs. Un sifflet s'est toutefois fait entendre à la suite du botté bloqué et les joueurs des Corsaires ont cessé de jouer, ce qui a permis à Laurent Rioux du STR de récupérer le ballon et de filer vers la zone des buts. Marque finale: Trois-Rivières 36 Lévis 30.

Les entraîneurs des Corsaires ont déposé un protêt aux dirigeants du Réseau du sport étudiant du Québec, persuadés qu'un officiel a sifflé. Les quatre arbitres en fonction assurent néanmoins qu'ils n'ont jamais sifflé, bien que la reprise vidéo laisse bel et bien entendre ce fameux coup de sifflet. Insatisfaits, les Corsaires sont allés en appel, mais ce dernier fut rejeté dans la journée de jeudi.

La vidéo a circulé sur Facebook cette semaine, provoquant l'ire dans le camp des Corsaires, qui crient à l'injustice.

«Honnêtement, je n'ai jamais entendu le coup de sifflet au moment où le ballon a été mis en jeu», affirme l'entraîneur du Vert et Or Hugo Gélinas, tout en concédant qu'à l'écoute de la bande sonore de la vidéo, il a changé son fusil d'épaule.

«Il y a avait beaucoup de bruit au niveau du terrain, mais à la reprise, c'est vrai qu'on entend bien le sifflet. De notre côté, nous avons fourni la bande vidéo à la ligue. Ce n'est pas à nous de prendre les décisions.»

Gélinas rappelle d'ailleurs que son club s'est déjà retrouvé dans le mauvais camp, côté controverse. Au Bol d'or de 2010, alors qu'ils menaient 20-17 contre l'Académie Saint-Louis en fin de partie, les Trifluviens avaient provoqué un échappé qui ne leur avait pas été accordé. L'Arsenal devait traverser le terrain quelques minutes plus tard pour gagner le championnat. «Des injustices, ça peut arriver à toutes les équipes...»

Chose certaine, le Vert et Or est toujours en vie dans ces éliminatoires 2016 et il s'apprête maintenant à visiter les Scorpions d'Armand-Corbeil, vendredi à Terrebonne. Les Scorpions n'ont perdu qu'un match en saison et ont eu raison du STR 28-14 à la fin du mois d'août.

«Ils sont plus lourds que nous, mais ils sont prenables», analyse Gélinas, qui tentera de qualifier ses troupes pour la finale du Bol d'or pour une deuxième année consécutive.

Le Vert et Or demeure la seule équipe encore dans le coup au meilleur échelon du football juvénile québécois, après l'élimination des Estacades la semaine dernière en division 1. Malgré une belle bataille, les adolescents de Pierre De Jean ont dû s'avouer vaincus 21-14 devant le Collège Notre-Dame.

D'autres matchs à l'affiche

Ailleurs dans le réseau scolaire, la finale régionale de football à huit chez les juvéniles mettra aux prises le Bleu et Or de La Riveraine et les Vikings de Champagnat, vendredi soir à La Tuque.

Chez les benjamins, on aura droit à un duel entre les Gothics de l'école des Pionniers et le Vert et Or, dès 11 h samedi sur le terrain du STR. Au football cadet, le Vert et Or visite Tandem-Le Boisé à Victoriaville vendredi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer