Les Diablos peuvent-ils réaliser l'impossible?

Louis-Félix Lépine et la défensive des Diablos ont... (Olivier Croteau)

Agrandir

Louis-Félix Lépine et la défensive des Diablos ont tout un défi sur les bras.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les jeux sont faits. S'ils espèrent atteindre la finale du Bol d'or cette saison, les Diablos (7e) devront venir à bout des deux meilleures équipes de la division 2 du RSEQ. Les Nordiques du Collège Lionel-Groulx (2e) seront leurs premiers adversaires samedi après-midi.

L'affrontement entre les deux formations cette saison avait donné lieu à un match des plus enlevants au stade Diablos. La formation de Sainte-Thérèse, qui occupait alors le premier rang du classement, l'avait emporté 50-34. Mais les Trifluviens avaient été en mesure de chauffer les visiteurs. Un dénouement qui pourra donner un peu de confiance aux visiteurs samedi.

«C'était 36-34 avec cinq minutes à faire au quatrième quart et nous avions le ballon. L'avantage c'est qu'on va toujours croire qu'on est capable de revenir dans le match si ça va mal, parce que nous l'avons fait», souligne l'entraîneur-chef des Diablos François Dussault.

Dans le camp adverse, après ce duel, l'entraîneur Éric Marier avait qualifié cette rencontre de «wake up call» pour son équipe. Un terme qui n'avait pas surpris Dussault, celui-ci estimant qu'il est fort probable que ce match servira d'exemple pour les Nordiques en vue de dimanche.

«Cette équipe va vouloir montrer qu'elle est dominante, que ce match ne valait rien, que nous avons été chanceux et que nous n'étions pas à notre place dans match serré comme ça. Ils vont vouloir nous rouler d'aplomb, pas gagner par un seul point.»

Des points, les Nordiques en ont marqué à la tonne cette saison, 345 pour être précis, soit 191 de plus que les Diablos. L'offensive menée par le quart Charles Aubry sera difficile à stopper samedi.

«Quand une équipe a une moyenne plus de 35 pts marqués par match, sauf le dernier (13) parce que la rencontre s'est jouée dans un ouragan, tu ne dois pas te dire que tu peux les arrêter de faire tous les points. Ils vont finir par en marquer. Il faut en être conscient. Si on veut remporter ce match, on ne peut pas accorder 50 points.»

Par contre, lors du dernier affrontement entre les deux formations, les Diablos avaient perdu les services de leur général en défensive Louis-Félix Lépine tôt dans la rencontre. Il sera de la partie samedi, un match qui pourrait être disputé dans des conditions froides et pluvieuses avec des rafales de vent. Voilà qui n'aidera pas une équipe dont le pain et le beurre est la passe, avec trois des cinq receveurs les plus prolifiques du circuit dans son alignement.

Dussault était bien satisfait de la dernière semaine de pratique que lui ont offert ses protégés. «Ça augure bien pour samedi, dit-il. Tout tombe en place au bon moment. Je suis très content et j'ai vraiment hâte, comme tout le monde ici, de montrer ce que nous sommes capables de faire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer