Patriotes: un programme double sur les deux rives

Sébastien Auger effectuera un retour au jeu ce... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Sébastien Auger effectuera un retour au jeu ce week-end contre les Lancers de Windsor.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour une première fois en trois ans, les Patriotes de l'UQTR se mesureront ce week-end aux Lancers de Windsor, l'une des puissances de la division Ouest du Sport universitaire de l'Ontario. Un programme double qui aura lieu au Colisée, mais aussi à Bécancour.

En effet, l'aréna Roland-Rheault sera l'hôte d'une première rencontre de hockey universitaire. Même si les Patriotes se retrouveront à disputer un match à domicile sur la route, l'entraîneur-chef Marc-Étienne Hubert était bien content de cette initiative.

«Nous avons été approchés par Louis Beaudet afin de tenir un match à Bécancour. La Ville et le maire étaient très enthousiastes. Les Patriotes veulent être de plus en plus impliqués dans la communauté, et ça ne se limite pas à Trois-Rivières. Il y avait de l'intérêt de notre part. C'est un beau projet et on espère que ce sera rempli.»

Hubert s'attend à un match robuste face aux Lancers, l'équipe la plus pénalisée du circuit, mais qui occupe aussi le deuxième rang de sa division. Dans l'autre section, le portrait est bien différent de ce à quoi la dernière décennie nous a habitués.

Pour une très rare fois, les trois puissances de l'Est - les Patriotes, les Redmen de McGill et les Ravens de Carleton - se retrouvent hors du top-3 de la division.

L'émergence d'autres programmes, tels que UOIT, Queen's et Concordia, laisse entrevoir que la lutte sera beaucoup plus serrée cette saison. Un effet direct du nombre de joueurs qui délaissent l'option de l'ECHL pour se tourner vers le hockey universitaire.

«On a vu venir cette émergence. Les matchs sont de plus en plus difficiles. Il n'y a plus de pique-nique. Les nouveaux entraîneurs travaillent fort. D'une année à l'autre, ça augmente, et ce, pas depuis 30 ans mais depuis trois ans seulement. C'est partout.

On le voit dans l'Ouest, dans l'Est, au Québec. La preuve, quand on voit les résultats des équipes canadiennes face à celles de la NCAA, ce sont de bons matchs et ceux qui ont perdu, ce n'était pas des varlopes comme dans le temps. La qualité du hockey universitaire canadien est en progression. Bientôt, ce sera une ligue de développement, comme la NCAA.»

Fort heureusement pour les Trifluviens, qui devront encore se débrouiller sans Guillaume Asselin et Mathieu Lemay, ils retrouveront leur gardien numéro un Sébastien Auger. Blessé à l'aine, Auger disputera son premier match de la saison face aux Lancers.

«Nous avons été très prudents dans son cas. Nous avons pris le temps qu'il se remette de sa blessure. Nous n'aurons pas un alignement complet, alors je ne peux pas dire que je me sens super bien équipé. Mais nous avons ce qu'il faut pour jouer et j'ai confiance aux 20 joueurs qui joueront vendredi soir.»

Insatisfait de ce que certains de ses protégés lui ont offert cette saison, particulièrement sur les trios de soutien, Hubert donnera la chance à deux recrues de se faire valoir. Le Trifluvien Raphaël Larose disputera un premier match, tout comme Denis-Alexandre Nadeau, une recrue de 27 ans qui n'a jamais joué de hockey junior, seulement quelques matchs au niveau senior ainsi qu'une saison en troisième division française.

«Il est venu avec nous lors du voyage en Europe et il a bien paru. Je sais qu'il peut se débrouiller à ce niveau. C'est un joueur qui est extrêmement en forme, un 205 lbs sans gras», conclut Hubert à propos de Nadeau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer