Bournival retrouve sa touche à Syracuse

Michaël Bournival a retrouvé la forme plus rapidement... (Scott Thomas/Syracuse Crunch)

Agrandir

Michaël Bournival a retrouvé la forme plus rapidement que prévu avec le Crunch de Syracuse.

Scott Thomas/Syracuse Crunch

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Photo: Francois Gervais14/09/16. TR, Journal. Bloc photo Felix St-Aubin
Félix St-Aubin
Le Nouvelliste

Le passage de Michaël Bournival avec le Crunch de Syracuse, le club-école du Lightning de Tampa Bay dans la Ligue américaine de hockey (LAH), pourrait être plus court que prévu.

Le Shawiniganais a récemment entamé le troisième chapitre de sa carrière professionnelle sur les chapeaux de roue, se plaçant ainsi parmi le peloton de tête des prétendants à un rappel du club floridien.

Bournival n'a pas mis de temps pour faire sentir sa présence dans son nouvel uniforme. Dès la rencontre inaugurale - sur son premier tir depuis des lunes dans le cadre d'un match officiel - l'ancien porte-couleurs du Canadien de Montréal a vu la rondelle faire bouger les mailles du filet adverse. Il a poursuivi sur sa lancée, si bien qu'il revendique un rendement de trois buts, une mention d'aide et un différentiel de +2 au terme de ses quatre premières sorties.

Un autre ancien membre du Tricolore se porte à merveille sous la gouverne de Benoît Groulx: Gabriel Dumont. Celui qui n'a jamais réellement été en mesure de percer l'alignement montréalais en raison de la congestion au poste de centre des troisième et quatrième unités figure au sommet du classement des marqueurs du Crunch avec six points, dont quatre réussites, en quatre affrontements.

Comme le hasard fait bien les choses, les deux hommes qui ont défendu ensemble les couleurs des Bulldogs de Hamilton et des IceCaps de St. John's, à Terre-Neuve, ont pris le chemin de Syracuse et tentent conjointement de relancer leur carrière.

«C'est un bon joueur de hockey, il a beaucoup d'expérience, souligne expressément Bournival au sujet de son partenaire de trio. Il est bon dans les deux sens de la patinoire, donc je pense que c'est une bonne combinaison. Les points sont facultatifs, ce qui est important c'est ce que nous apportons sur la patinoire en créant des revirements.»

L'ailier de 24 ans croit fermement que cette tendance à soutirer le disque à ses rivaux et le travail acharné sont les principaux atouts du trio offensif du Crunch dans la création d'occasions de marquer.

Un état-major comblé

Plusieurs se sont posés la question à savoir si les multiples commotions cérébrales de l'ancien capitaine des Cataractes de Shawinigan allaient l'obliger à tirer un trait sur une carrière qui s'est amorcée de brillante manière dans un rôle d'attaquant de soutien. Le directeur général Steve Yzerman et son bras droit Julien BriseBois faisaient partie du lot.

«[Après m'avoir retranché], ils m'ont dit que j'avais connu un bon camp d'entraînement. Ils ne pensaient pas que j'allais être à ce niveau-là à cause des deux dernières années. Ils sont satisfaits de ce qu'ils ont vu», se remémore celui qui arbore désormais le numéro 78.

Le principal concerné n'a pas été surpris outre mesure que le couperet l'envoie à l'échelon inférieur, un passage quasi obligé compte tenu du fait qu'il avait troqué le banc des joueurs pour l'infirmerie au cours des 18 derniers mois.

«Je m'y attendais, on en avait parlé durant l'été que je devais jouer quelques matchs dans la Ligue américaine et qu'on allait voir par la suite pour un rappel. Présentement, je suis ici et je me concentre à devenir un meilleur joueur de hockey jour après jour», précise Bournival.

Un coup d'oeil sur les Cataractes

Le natif de Shawinigan n'a pas oublié son passage dans l'organisation des Cataractes. Il garde évidemment de précieux souvenirs de son stage dans les rangs juniors, lui qui l'avait bouclé avec une conquête inattendue de la Coupe Memorial face aux puissants Knights de London.

Bien au fait de la séquence victorieuse actuelle des Cataractes, qui s'élève à 11, Bournival estime que son ancienne équipe réalise un tour de force en présentant un rendement immaculé depuis plus d'un mois, mais tient tout de même à lancer une mise en garde.

«Ils ont beaucoup de bons joueurs dans l'équipe. Elle atteint sa maturité [cette année] et c'est gros ce que les joueurs sont en train de faire, mais il ne faut pas que ça leur monte trop à la tête non plus. Jusqu'à présent, ça semble bien se dérouler de leur côté», commente-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer