Crosse au champ: l'UQTR championne pour une deuxième année

Les représentants de l'UQTR ont remporté la finale... (Courtoisie)

Agrandir

Les représentants de l'UQTR ont remporté la finale de la Ligue senior de crosse au champ du Québec.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Sacrée championne de la Ligue de crosse universitaire l'année dernière, l'UQTR avait un défi plus important cet automne alors qu'elle se joignait à un calibre plus relevé dans un circuit hybride civil-universitaire. Ce n'est pas ce qui allait l'arrêter. Les Trifluviens ont répété leur exploit en battant Laval par la marque de 9-5 ce week-end.

C'est ainsi que les protégés de Serge Lafleur ont pu se venger contre l'équipe de la couronne de Montréal, qui les avait battus deux fois en deux rencontres durant la saison. Laval n'avait d'ailleurs pas subi la défaite durant le calendrier régulier.

«C'est une belle revanche, ils étaient un peu arrogants, puisqu'ils évoluaient dans une ligue civile depuis 3-4 ans. Ils se vantaient. Mais dans notre cas, grâce à notre chimie, nous avons pu ajuster notre système de jeu et nos gars ont bien répondu. Comme on réussissait à les contenir, ils ont fait preuve d'indiscipline. Dans notre cas, le coach est sage et les gars ont suivi!», a souligné le pilote.

En demi-finale, l'UQTR était venue à bout de l'Université de Sherbrooke par la marque de 8-4. Les deux rencontres ont été jouées sous une pluie battante à Longueuil. Le capitaine Marc-Olivier St-Pierre a su tirer son épingle du jeu, tout comme les frères Jérémy et Julien Houle ainsi que François Lacerte, l'ancien gardien des Cataractes de Shawinigan qui semble s'être trouvé une nouvelle passion.

Ce deuxième championnat en autant d'années s'avère être une belle surprise pour les hommes de Serge Lafleur, qui pouvaient intégrer jusqu'à 30 % de joueurs n'étudiant pas à l'UQTR. C'est ainsi que les nouveaux programmes de la région au niveau scolaire ont été payants, puisque des cégépiens se sont joints au groupe.

«Le calibre était de deux à trois coches plus fort que l'an dernier. Il y avait des équipes où on trouve des ligues seniors et juniors sur leur territoire, des joueurs plus vieux ou encore des anciens de programmes comme McGill», a expliqué Lafleur.

De toute évidence, la Mauricie, malgré l'absence d'un circuit senior autant à la crosse au champ qu'à l'extérieur, tire son épingle du jeu, entre autres grâce au mouvement dans les écoles secondaires qui s'est mis en branle dans les dernières années.

«Je pense que l'avenir est dans cette ligue hybride-civile et universitaire. Avec les programmes qui naissent, on se porte beaucoup mieux!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer