Basket: le Collège Laflèche ajoute une corde à son arc

Le directeur général du Collège Laflèche Luc Pellerin,... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le directeur général du Collège Laflèche Luc Pellerin, la directrice du Service de l'activité physique et sportive de l'UQTR Isabelle La Vergne et l'entraîneur-cadre du programme de basketball des Dragons du Collège Laflèche Patrice Deltell ont présenté le nouveau cheminement Sports plus études de l'établissement scolaire privé.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Photo: Francois Gervais14/09/16. TR, Journal. Bloc photo Felix St-Aubin
Félix St-Aubin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les étudiants de niveau collégial désirant pratiquer le basketball au sein d'un institut privé pourront désormais s'y adonner sans devoir s'exiler à l'extérieur de la région.

Le Collège Laflèche a annoncé, mardi, l'ajout de cette discipline sportive au sein du cheminement Sports plus études. Il s'agit d'une première au Québec sous cette forme en ce qui concerne le basketball.

Ce nouveau programme est en cours de préparation depuis déjà plusieurs mois. Les dirigeants de l'établissement scolaire profitent de la forte croissance de l'intérêt pour le basketball du côté des élèves des différentes écoles secondaires de la Mauricie pour offrir ce type de concentration.

«Si vous allez dans les gymnases les fins de semaine, vous verrez que dans la quantité d'activités qu'on peut y repérer, le basketball est en effervescence dans notre région. On en a tenu compte et on s'est dit qu'il y avait un créneau pour nous. Il nous apparaissait donc incontournable d'élargir l'offre de formation en présentant un cheminement Sports plus études en basketball, tant au masculin qu'au féminin, en visant la division 2», souligne le directeur général du Collège Laflèche, Luc Pellerin.

C'est dans les gymnases de l'UQTR que les Dragons tiendront leurs entraînements à la suite d'une partenariat entre les deux institutions.

Dans l'optique d'ériger ce nouveau volet académique et sportif sur de solides bases, le collège privé trifluvien s'est doté d'un tandem qui regorge d'expérience. Patrice Deltell et Ibrahima Diop, qui agiront respectivement à titre d'entraîneur-cadre et d'entraîneur adjoint tant pour l'équipe masculine que féminine, cumulent ensemble plus de 50 années d'enseignement en basketball.

Les deux hommes ne chômeront pas d'ici le possible lancement de la première saison des Dragons, prévu à l'automne 2017. Le recrutement des joueurs, la gestion du programme ainsi que la mise sur pied et la supervision des entraînements, notamment, ne sont que quelques-unes des innombrables fonctions dont le duo d'instructeurs a d'ores et déjà commencé à s'affairer.

«On a déjà entamé les procédés de recrutement. Nous avons fait des démarches officieuses puisque l'annonce a été faite aujourd'hui, alors maintenant on va pouvoir les faire de manières officielles. La démarche se fait sur le terrain en approchant les étudiants. On a commencé par l'Académie les Estacades, qui est déjà elle-même en sport-études basketball. On va continuer avec le programme du Séminaire Saint-Joseph et on va faire le tour de toutes les écoles secondaires qui présentent déjà un programme de basketball», signifie M. Deltell.

Le détenteur d'une licence d'entraîneur de la Fédération internationale de basketball (FIBA) est bien conscient que la tâche ne s'annonce pas aisée en vue d'établir les fondations de deux équipes compétitives à court terme en raison des structures de basketball déjà en place dans la région. Il voit toutefois d'un bon oeil l'addition du Collège Laflèche à l'équation comportant le Cégep de Trois-Rivières et le Collège de Shawinigan.

«Je connais très bien la réalité puisqu'à l'Académie les Estacades nous étions confrontés aux autres écoles secondaires pour le recrutement des joueurs de niveau primaire. C'est une concurrence saine puisque ça permet à chacun des programmes de tirer toujours vers le haut et d'en offrir toujours un peu plus», enchaîne-t-il.

Celui qui a évolué dans le circuit professionnel du championnat de basketball de France n'écarte pas la possibilité d'ajouter des joueurs à ses effectifs qui proviennent non seulement de l'extérieur de la Mauricie, mais également des frontières canadiennes.

«Il y a un projet en cours qui verra le jour très rapidement, au bout de deux ans, le temps d'installer le programme, pour aller chercher des étudiants à l'étranger, plus particulièrement en Europe parce qu'il y a une demande. Pour pouvoir se distinguer des autres programmes, il va falloir que l'on offre une prestation qui soit quelque peu originale», considère M. Deltell.

Les dirigeants de la nouvelle structure aspirent aussi à fouler les parquets américains et du Vieux Continent dans le cadre de tournois pour ainsi s'ouvrir sur différentes cultures.

«Il est très facile, puisqu'on est très proches du Vermont, de participer à des tournois du côté des États-Unis. C'est quand même, entre guillemets, l'endroit où se joue le meilleur basketball au monde, renchérit-il. De par mes contacts et mes relations avec la Fédération française de basketball, j'ai la possibilité d'entrer en contact avec certains organismes de tournois en France, en Belgique et en Suisse.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer