Yvon Michel fortement intéressé à Mikaël Zewski

Mikaël Zewski... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Mikaël Zewski

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Mikaël Zewski risque de ne pas être joueur autonome très longtemps s'il désire réellement poursuivre sa carrière au Québec. Le pugiliste de Trois-Rivières, qui a annoncé lundi matin dans les pages du Nouvelliste son intention de quitter Top Rank, est convoité par Yvon Michel, grand manitou du Groupe GYM.

«C'est sûr que je vais communiquer avec lui rapidement. C'est un boxeur de talent, avec une belle personnalité. Ça va dépendre de ses attentes mais de notre côté, l'intérêt est là», admet sans détour Michel, en confiant qu'il voulait justement parler à Zewski prochainement. 

«La semaine dernière, je m'étais promis de l'appeler pour savoir où il en était dans son cheminement. J'ai ma réponse aujourd'hui! J'aimerais bien discuter de la suite qu'il veut donner à sa carrière avec lui.»

Zewski n'a jamais caché dans le passé qu'il était bien traité par Top Rank. Ce sont des promesses non tenues sur d'éventuelles opportunités qui l'amènent à sortir de la puissante écurie. Maintenant, est-ce que les promoteurs au Québec ont les ressources pour signer un gars comme lui? Michel en est persuadé. 

«Si les Beterbiev, Bute et autres Alvarez ont quitté leur pays pour venir ici, c'est que c'était le meilleur endroit pour eux, autant financièrement que sur le plan de l'encadrement. On a les contacts avec les réseaux de télévision, et nos boxeurs développent une base de fans, ce que Zewski n'a pas pu faire aux États-Unis. On n'a vraiment pas à rougir de la façon dont nous traitons nos boxeurs.»

La cote de Zewski a déjà été meilleure. Son palmarès de 27 victoires et un revers reste attrayant, mais le jeune homme revient d'une blessure qui l'a gardé inactif pendant un an. Avant de s'abonner à l'infirmerie, il venait de perdre le combat le plus significatif de sa carrière, face à Konstantin Ponomarev. Tout ça ne retient pas Michel, bien au contraire. 

«Adonis Stevenson a perdu aux États-Unis face à Darnell Boone quand notre contrat s'était terminé. Or il est revenu chez nous et 10 combats plus tard, il était champion du monde. Son talent ne fait aucun doute, il s'agit de voir comment Mikaël veut s'impliquer pour poursuivre sa progression. S'il est prêt à faire ce qu'il faut, on a tout ce qu'il faut pour le relancer.»

Zewski se disait flatté de l'intérêt rapide démontré par Michel. 

«Il a communiqué avec moi un peu plus tôt aujourd'hui. Je l'ai mis en contact avec mon agent. C'est la première étape, en attendant que tous les papiers soient signés avec Top Rank. Quand cette deuxième étape sera réglée, je vais rencontrer Yvon (Michel) avec plaisir pour voir les possibilités. Il y a un autre promoteur américain qui s'est manifesté mais c'est l'fun d'en voir un au Québec qui semble lui aussi intéressé.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer