Olivier Gélinas va rencontrer son idole

Olivier Gélinas sera au Centre Bell jeudi avec... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Olivier Gélinas sera au Centre Bell jeudi avec les membres de sa famille pour rencontrer son idole.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) «C'est un grand rêve. Je suis super excité.»

Olivier Gélinas avec ses parents Fanny Reynaert et... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Olivier Gélinas avec ses parents Fanny Reynaert et Sylvain Gélinas ainsi que son frère Christophe.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Il y a un an, le jeune Trifluvien Olivier Gélinas apprenait qu'il souffrait de diabète de type 1. Passionné de hockey, il s'est alors mis à vouer une grande admiration pour l'attaquant vedette des Coyotes de l'Arizona, Max Domi, qui souffre de la même maladie. 

Il possède un chandail des Coyotes avec le nom Domi dans le dos et porte le même numéro que lui, le 16, avec son équipe atome B. Comme tous les jeunes hockeyeurs de son âge, il désirait secrètement rencontrer un jour son idole, rêve qu'il réalisera jeudi soir, après le match qui opposera les Coyotes aux Canadiens de Montréal au Centre Bell.

Interrogé par Le Nouvelliste plus tôt cette semaine, le garçon de 10 ans a avoué qu'il était très excité à l'idée d'assister à un match de la Ligue nationale et de pouvoir passer un moment avec son idole. Aux dires de sa mère, il ne tient littéralement plus en place depuis qu'il a appris la nouvelle le week-end dernier.

«Avant que je devienne diabétique, je voulais déjà jouer dans la LNH. Quand j'ai appris que j'avais le diabète, je pensais que je n'allais pas être capable. Mais quand j'ai appris que Max Domi avait le diabète, je me suis dit que c'était possible», a-t-il raconté avec aplomb.

De plus, Olivier est conscient qu'il doit une fière chandelle à ses parents, qui ont multiplié les démarches au cours des derniers mois afin que leur fils puisse vivre ce beau moment. 

C'est notamment son père qui a déniché quatre billets, offerts gratuitement par un de ses fournisseurs, afin que toute la famille puisse assister à la rencontre.

Ils ont également réussi à entrer en contact avec un proche du gardien de but des Coyotes, Louis Domingue, pour lui demander si le hockeyeur québécois pouvait agir comme intermédiaire entre Max Domi et eux. Une fois ce contact fait, les parents d'Olivier ont appris que l'idole de leur fils acceptait de les rencontrer après le match contre le CH.

«On a utilisé tous nos contacts», a lancé la mère d'Olivier, Fanny Reynaert.

Un athlète disponible

Selon ce qu'ont découvert les parents d'Olivier en faisant des recherches sur Internet, Max Domi accepte régulièrement de rencontrer des jeunes aux prises avec la même maladie que lui. Il a d'ailleurs lui-même été inspiré par les succès d'un autre hockeyeur diabétique, le légendaire joueur des Flyers de Philadephie, Bobby Clarke. 

Mme Reynaert indique qu'elle a déjà vu l'idole de son fils à la télévision se piquer à un doigt afin de prendre son taux de glycémie entre deux présences sur la glace.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer