Le moment que Kean attendait

Le grand patron d'Eye of the Tiger Management,... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le grand patron d'Eye of the Tiger Management, Camille Estephan, a de grands projets pour le boxeur trifluvien Simon Kean, qui vivra son baptême de feu du Centre Bell dans huit jours.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Son été fut relativement tranquille, mais l'automne de Simon Kean s'annonce plutôt occupé!

Le poids lourd de Trois-Rivières, de plus en plus connu sur la scène de la boxe professionnelle, montra dans l'arène pour la sixième fois chez les professionnels, samedi prochain, alors qu'il affrontera le Mexicain David Torres Garcia au Centre Bell.

«C'est un rêve que je savais que je réaliserais un jour. La seule question que j'avais, c'était de connaître la date de ce combat. J'ai hâte!» sourit le colosse de 6 pieds 5 pouces, sous le regard approbateur du grand patron de l'entreprise Eye of the Tiger Management, Camille Estephan, de passage à Trois-Rivières jeudi pour une tournée médiatique.

Il y a environ un an, Kean (5-0, 5 K.-O.) avait passé avec succès son premier test en pulvérisant le pauvre Hongrois Balázs Bodo. Depuis, il a enregistré quatre autres victoires, toutes par K.-O. D'ici la mi-novembre, il aura la chance de se battre à deux reprises: la semaine prochaine à Montréal, puis le 19 novembre, à Mississauga, en finale d'un gala organisé conjointement par EOTTM et United Boxing Promotions.

«Simon est très populaire au Canada anglais, il a déjà fait la une du Globe and Mail après sa victoire aux Jeux olympiques de Londres. Les gens savent qui il est», note Estephan, tout aussi ravi de permettre à son poulain de vivre son initiation du Centre Bell aussi tôt dans sa carrière.

«De le faire à mon sixième combat, c'est le fun! J'espère qu'un jour, j'y serai pour une finale», avance Kean, qui vient de boucler deux mois très intenses à l'entraînement en vue de la soirée du 22 octobre. «En ce moment, je me sens très fatigué. J'ai atteint mon sommet à l'entraînement et là, on commence à diminuer la dose pour récupérer. Tout est calculé, nous serons prêts samedi prochain.»

Et ce, même s'il a été difficile de trouver des partenaires en gymnase, comme le mentionne Estephan. «Je n'ai jamais approché autant de boxeurs et essuyé autant de refus en même temps! Le physique de Simon fait peur à plusieurs. Nous allons déployer plus d'énergie et de ressources pour aider Simon à optimiser son entraînement avec Mike [Moffa, son entraîneur].»

«C'est mon plus gros casse-tête en ce moment», admet Kean, suggérant qu'il s'agit d'un heureux problème. «Je suis peut-être trop dangereux!»

6000 personnes attendues

Si la tendance se maintient, Camille Estephan prévoit qu'environ 6000 personnes assisteront au gala du 22 octobre qui mettra en vedette David Lemieux. Pour Kean, ce sera l'occasion de se faire découvrir du public montréalais. La dernière fois qu'il s'est produit devant autant de gens, c'était à Londres en 2012.

Son combat sera télédiffusé sur la scène internationale, notamment au Kazakhstan, en Russie, au Japon, en Angleterre et en Amérique du Nord.

«Ce sera le premier combat de la soirée du volet international, précise Camille Estephan. C'est très gros! À son sixième combat, Simon est déjà en demande. On caresse le rêve de remplir le Centre Bell avec Simon un jour et nous allons y parvenir. Pas tout de suite, mais d'ici deux ans, c'est possible.»

Peu d'information

Avant de penser à un gala de championnat du monde, il faut par contre franchir les étapes une à la fois. La prochaine consiste à se débarrasser de David Torres Garcia, qui montre une fiche de dix victoires, dont neuf  par K.-O., et trois défaites. «Ses neuf  K.-O. prouvent que je devrai me méfier de sa force de frappe. Par contre, je n'ai pas trouvé de vidéos sur lui!»

Ça n'empêchera toutefois pas l'athlète de 27 ans de bien dormir d'ici le jour J! «Je suis confiant, je ne fais que m'améliorer depuis quelque temps. Je vois de mieux en mieux les coups et je place mes attaques où je veux. En plus, je suis en excellente forme physique.»

Des propos confirmés par Estephan, qui a des plans pour Simon Kean en Californie. «Tout dépend de son état de santé, mais il pourrait figurer sur une carte là-bas d'ici la fin de l'année ou au début de 2017. Nous avons déjà un deal en place avec un promoteur pour une carte d'importance. On veut vraiment montrer Simon aux grands noms mondiaux de la boxe.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer