Le fusil sur la tempe

Michel Therrien sera mieux épaulé en ce début... (La Presse Andre Pichette)

Agrandir

Michel Therrien sera mieux épaulé en ce début de saison, avec le retour de Kirk Muller dans le giron du Canadien. Un mauvais départ lui coûterait néanmoins son travail, après plusieurs changements faits par Marc Bergevin.

La Presse Andre Pichette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vous y croyez, hein? La grosse machine promotionnelle des Glorieux a fait du bon boulot ces dernières semaines, elle a réussi à vous vendre que votre club est en mesure de se battre pour la Coupe Stanley!

Qui se souvient que Shea Weber traîne un contrat ridicule et qu'il a montré des premiers signes de ralentissement en séries l'an dernier?

Qui sourcille un peu quand Andrew Shaw est comparé à Brendan Gallagher, alors qu'il n'a jamais franchi le plateau des 40 points?

Même Alexander Radulov a déjà été adopté par la foule du Centre Bell, après un exil forcé dans la KHL car personne ne voulait de ses services! Son talent faisait l'unanimité, mais pas son attitude. Ça ne vous rappelle pas un flamboyant défenseur chassé de la ville avec des plumes et du goudron cet été? 

Weber, Shaw et Radulov, voilà les joueurs choisis par Marc Bergevin pour transformer une équipe moribonde en un club aspirant. Vrai que ces additions font du Canadien une équipe plus difficile à affronter. Mais pour simplement avoir le droit d'évoquer une possible parade à la fin juin, il va falloir attendre de voir si le genou de Carey Price va tenir le coup. 

C'est la clé. La seule. Oubliez le gros Weber, les jeunes qui poussent, la supposée nouvelle unité dans le vestiaire. Sans l'Élu, cette équipe ne fera même pas les séries. Price a rassuré bien des gens en aidant Équipe Canada à survoler la Coupe du monde. Mais le vrai test, il viendra avec le calendrier exigeant de la LNH. 

Parlant de test, celui de Michel Therrien commence dans quelques heures. Il a le fusil sur la tempe, le pilote du Canadien. Il n'était pas un fan de P.K. Subban, son directeur-gérant l'a sorti du vestiaire même si c'était un chouchou de la foule.

C'est le genre de décision qui doit rapporter des résultats. Rapidement. En cas de mauvais départ, c'est Therrien qui va écoper. Marc Bergevin a dit il y a deux jours que cette équipe commençait à être à son goût. Le message est clair: Therrien doit gagner avec les chevaux à sa disposition.

Ses équipes ont justement la bonne habitude de sortir des blocs avec panache. Dans le cas contraire, les noms de Bob Hartley et Patrick Roy vont rapidement alimenter les conversations. 

Therrien doit prier avec insistance que la grippe qui va empêcher Price de prendre part au match inaugural jeudi soir à Buffalo ne s'infiltre pas jusqu'au genou!

Un grand moment pour Beauvillier

Pendant que le Canadien va se mesurer aux Sabres, un petit Québécois réalisera un rêve d'enfance en affrontant les Rangers à Madison Square Garden. Anthony Beauvillier aurait pu difficilement demander mieux comme grande scène pour ses débuts. Et tout indique qu'il va voir pas mal d'action, en amorçant le match sur le troisième trio des Islanders. 

C'est tout un tour de force qu'il a réussi en s'installant dans le vestiaire des Islanders en ce début de saison. Voilà une organisation qui a la réputation de faire la vie dure à ses jeunes surdoués. Parlez-en aux Niederreiter, Strome, Dal Colle, Reinhart et Ho-Sang! Beauvillier ne s'est pas attardé à cette tendance, il a joué chaque présence au camp d'entraînement avec la pédale au plancher. Or il n'y a pas meilleur moyen pour séduire un entraîneur-chef!

Peut-il, à 19 ans, garder cette cadence infernale parmi les géants dans un calendrier de 82 matchs? J'en doute.

Tôt ou tard, les Islanders devront de toute façon décider de la meilleure recette pour finaliser son développement. Personnellement, je crois que Beauvillier peut certainement continuer à grandir comme athlète et comme individu dans le junior. Un rôle de meneur l'attend avec les Cataractes, eux qui visent une première conquête de la Coupe du Président en cinq décennies d'histoire.

Et puis il y a Équipe Canada junior, qui a aussi d'importantes responsabilités à lui confier au prochain championnat du monde à Toronto et Montréal. Difficile de demander mieux pour continuer à bâtir un jeune leader! En le retournant en Mauricie, les Islanders s'éloigneraient aussi des phases d'arbitrage et d'autonomie, qui seront accessibles dans quelques années pour Beauvillier. 

Tout ça bien pesé, je crois que les Islanders vont éventuellement le rétrograder. À moins évidemment que Beauvillier continue à briller. Ce n'est pas impossible, il a du talent et du chien à revendre. Les Islanders se lancent jeudi soir avec le col bleu Jason Chimera à la droite de John Tavares, un rôle qui ne lui convient pas. Beauvillier, à très court terme, aura peut-être une audition aux côtés de l'un des meilleurs joueurs sur la planète! 

Voilà un dossier intrigant, qu'il faudra surveiller de près dans les prochaines semaines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer