Pierre-Marc Doyon veut reconquérir Kona

Pierre-Marc Doyon a gagné le Ironman de Mont-Tremblant... (Courtoisie)

Agrandir

Pierre-Marc Doyon a gagné le Ironman de Mont-Tremblant cette année et il a bon espoir de répéter le tout à Hawaï.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) En quatre participations au Championnat du monde de Ironman, Pierre-Marc Doyon a vécu l'apogée d'une victoire internationale en 2014 ainsi que les affres d'un abandon forcé par trois crevaisons en 2015.

Cette année, le Trifluvien d'adoption de 26 ans espère que les dieux de l'île d'Hawaï seront avec lui puisqu'il a bien l'intention de remonter sur la plus haute marche, le 8 octobre.

«Je m'en vais là pour gagner! Je veux faire un top-3, mais je sais que je peux réussir à gagner», mentionne celui qui sera à l'affiche dans la catégorie très relevée des 25-29 ans.

S'il respire la confiance à l'aube de la compétition la plus importante de l'année, c'est en partie en raison de sa victoire obtenue à Mont-Tremblant le 21 août dernier. Septième au classement général, Doyon a remporté la palme de sa catégorie d'âge en plus d'être le premier à rallier l'arrivée chez les amateurs (9 h 01 m 13 s).

«Avec mon résultat de Tremblant, ça devrait me permettre d'être sur le podium... si je réussis à refaire le même genre de course! Je n'ai rien changé à mon entraînement en prévision du Championnat du monde. On ne change pas une formule gagnante.»

L'an dernier, Doyon avait été contraint à l'abandon après avoir été victime de trois crevaisons. Une malchance qu'il a depuis remisée très loin dans ses souvenirs. 

«Les bonnes courses effacent les mauvaises. C'était la première fois que je faisais une crevaison... et j'en ai eu trois dans la même course. C'est peu probable que cette malchance se reproduise. Je ne vais pas m'en faire à penser aux crevaisons pendant la course», explique-t-il.

Le doyen Carpentier

De son côté, Steeve Carpentier aborde avec beaucoup de sérénité le défi de 3,8 km de nage, 180 km de vélo et 42,2 km de course à pied. À sa quatrième participation en cinq ans au rendez-vous de Kona, le Shawiniganais souhaite simplement savourer pleinement son expérience sous les chauds rayons hawaïens.

«J'aborde ça comme un privilège de pouvoir y participer. Je suis très serein avant la compétition, car je sais que je suis capable de le faire. Je veux parcourir la distance en m'amusant. Tout doit se faire dans le plaisir», indique Carpentier, qui avait fini 43e des 45-49 ans en 2015 (510e au total).

Encore une fois cette année, l'instigateur du Mouv C compte franchir le fil d'arrivée avec une banderole sur laquelle seront inscrits les noms des 12 finissants de son programme visant à former des athlètes Ironman.

Sarah Casaubon a eu la chance de s'entraîner,... (Facebook) - image 3.0

Agrandir

Sarah Casaubon a eu la chance de s'entraîner, en compagnie de Steeve Carpentier sur l'archipel paradisiaque de l'océan Pacifique avant le coup d'envoi du championnat, le 8 octobre.

Facebook

Casaubon en progression

Justement membre de la première mouture du groupe mené par Carpentier, Sarah Casaubon vivra son deuxième Championnat du monde. Après une 22e position l'an passé lors de son baptême international (en 11 h 05 m 59 s), elle se montre optimiste quant à ses chances d'améliorer son chrono.

«Je suis très sereine et contente d'être ici», souriait la jeune femme de 29 ans, depuis Kona, lors d'un entretien avec Le Nouvelliste. «Comme en 2015, j'ai décidé d'arriver plus tôt pour bien m'acclimater à l'endroit. Après une semaine d'entraînement, je vais prendre quelques jours de répit avant le championnat.»

Mercredi, il y avait déjà plusieurs triathlètes sur place. «C'est ce que j'adore de Kona. La ville vibre au Ironman autant avant que pendant la compétition!»

Gagnante du Ironman de Mont-Tremblant en août dans la catégorie des 25 à 29 ans chez les dames, Sarah Casaubon connaît une progression intéressante dans la discipline depuis ses débuts. Et elle se pointe au milieu de l'océan Pacifique dans une forme optimale. Elle ne pouvait pas en dire autant il y a un an.

«En raison de quelques blessures, je n'avais pas couru un mois avant Tremblant, ni un mois après. Pourtant, ça prend une excellente préparation: dans un Ironman, tu cours un marathon! 

Heureusement, je me sens en confiance en ce moment. J'ai fait mes devoirs.»

Casaubon espère retrancher 20 minutes de son temps de l'an dernier au marathon. Si elle y parvient, elle sera sans aucun doute une dame de fer à surveiller.

Sur la photo, on aperçoit Frédérique Tardif, Élizabeth... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste) - image 4.0

Agrandir

Sur la photo, on aperçoit Frédérique Tardif, Élizabeth Pellerin, Pierre Cloutier, Philippe McNeill, Jean-François Biron, Francis Jodoin, Frédéric Gariépy, leur mentor Steeve Carpentier, et Jean Halle. Duc Lam-Bo et Alain Carignan sont absents sur la photo.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Dix nouveaux disciples pour Steeve Carpentier

Steeve Carpentier récidive avec son Mouv C, visant à former des athlètes Ironman. Pour une troisième année, des néophytes de la discipline vont entamer un entraînement intensif d'un an afin de compléter le parcours de l'épreuve Ironman de Mont-Tremblant, le 20 août 2017.

Cette année, ce sont dix téméraires, huit hommes et deux femmes, qui évolueront sous ses ordres, en quête de l'objectif ultime.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer