Sergachev gagne des points

Mikhail Sergachev... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Mikhail Sergachev

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le portrait global à la ligne bleue du Canadien était un peu plus net mercredi matin qu'il ne l'était la veille, mais il n'est pas encore entièrement limpide.

L'état-major du Tricolore a posé un premier geste pour essayer de clarifier le tout en soumettant le nom du défenseur Mark Barberio au ballottage. Si aucune équipe ne l'a réclamé d'ici jeudi midi, Barberio devra se rapporter au camp des IceCaps de St. John's.

Il reste encore 26 joueurs - incluant huit défenseurs - au camp d'entraînement du Canadien, trois de plus que la limite permise. Les équipes de la LNH ont jusqu'au 11 octobre, à 17 h, pour déposer leur liste de 23 patineurs.

Embauché à titre de joueur autonome en juillet 2015, le Montréalais de 26 ans a disputé 30 rencontres avec le Tricolore en 2015-16, marquant deux buts en plus d'ajouter huit aides. En 133 matchs dans la LNH avec le Lightning de Tampa Bay et le Canadien, Barberio a récolté 27 points, dont huit buts.

Laissé de côté mardi soir à Québec, Barberio a participé à trois des six premiers matchs préparatoires du Canadien. Employé pendant un peu moins de 19 minutes par rencontre, il n'a inscrit aucun point et affiché un ratio défensif de -2.

Barberio a été soumis au ballottage même s'il a signé, en juin dernier, une prolongation de contrat de deux saisons à un volet. La décision du Canadien ne s'explique non pas parce que le défenseur montréalais a été mauvais, selon ce qu'a indiqué Michel Therrien, mais parce qu'il a été devancé par d'autres membres de la brigade défensive.

Et il y a un jeune joueur au camp du Canadien qui semble rendre les décisions de l'équipe un peu plus difficiles.

«Je dirais qu'il a quand même connu un camp qui a été correct. C'était bon, a analysé l'entraîneur-chef après l'entraînement tenu à Brossard. Il y a des joueurs qui sont passés devant lui. (Greg) Pateryn connaît un bon camp, (Zach) Redmond connaît un bon camp. On aime beaucoup ce que l'on voit de (Mikhail) Sergachev. C'est comme ça que nous avons pris nos décisions.»

À écouter le ton de ses commentaires et en le regardant se dandiner derrière son lutrin, Therrien donnait l'impression d'être déchiré entre le choix de garder à Montréal un jeune joueur avec tout le talent que possède Sergachev et l'option de le retourner au niveau junior pour lui permettre de compléter son développement.

Le Tricolore pourrait aussi permettre au jeune Russe de prendre part à neuf matchs dans la LNH avant de le céder aux Spitfires de Windsor.

«Je ne veux pas trop m'avancer. Il y a un autre match demain. On évalue beaucoup d'options», a répondu Therrien.

«Le jeune va bien, il a du plaisir. Il a 18 ans et c'est sûr qu'il a encore des choses à apprendre. C'est tout à fait normal. Pour jouer dans la Ligue nationale, surtout pour un défenseur, il faut que tu aies une certaine maturité. À date, il nous a démontré qu'il l'a. Il faut que tu sois assez fort physiquement. Il nous a montré qu'il est fort physiquement. Il démontre beaucoup de bonnes choses. C'est pour ça que j'ai beaucoup de difficultés aujourd'hui à répondre aux questions sur ce qui va arriver la semaine prochaine. J'aimerais bien, mais on n'est pas encore rendu là.»

Sergachev aura une dernière occasion de montrer de quel bois il se chauffe lors de la visite des Maple Leafs de Toronto, jeudi soir. Il formera un duo avec Alexei Emelin, un gaucher tout comme lui, et jouera du côté droit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer