Un deuxième essai pour le football à l'UQTR

Le projet d'équipe de football à l'UQTR sera... (Photomontage Olivier Croteau)

Agrandir

Le projet d'équipe de football à l'UQTR sera de nouveau soumis au conseil d'administration cet automne, dans l'espoir de disputer une première saison à l'automne 2018.

Photomontage Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Près d'un an après avoir vu l'idée être balayée du revers de la main, le projet d'une équipe de football à l'Université du Québec à Trois-Rivières obtiendra une seconde chance à la table du conseil d'administration.

Daniel McMahon... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Daniel McMahon

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Jean-Guy Paré... (Olivier Croteau) - image 1.1

Agrandir

Jean-Guy Paré

Olivier Croteau

Encore une fois, ce sont les coûts d'opération d'un tel programme qui se retrouveront au coeur du débat en cette période de restructuration financière à l'UQTR.

Lundi après-midi, lors d'une séance ordinaire, le recteur Daniel McMahon a en effet ramené le sujet à l'ordre du jour afin d'exposer aux membres du conseil d'administration le fruit de ses plus récentes rencontres avec l'équipe de promoteurs du retour du football à l'UQTR.

N'hésitant pas à qualifier de «prématuré» et «incomplet» le projet qui avait été présenté en 2015, avant son arrivée en poste, le recteur affirme que le dossier chemine positivement depuis quelques mois.

Si le projet est de retour sur la table du conseil d'administration, c'est en raison d'une opération séduction déployée depuis le printemps par les promoteurs auprès du nouveau recteur ainsi que l'équipe du Service de l'activité physique et sportive (SAPS).

Nouvelle forme d'implication

Lors de ces quelques rencontres, le groupe mené par Jean-Guy Paré a eu l'occasion d'expliquer sa vision en long et en large en plus de répondre aux diverses interrogations de ses interlocuteurs. Certains aspects de la présentation ont aussi dû être modifiés afin de respecter les exigences de l'UQTR, notamment en ce qui concerne l'implication financière.

À ce sujet, le recteur McMahon a rappelé que l'UQTR pouvait difficilement injecter de l'argent dans le budget d'opération alors qu'elle s'affaire à redresser les finances de l'institution.

Ainsi, plutôt que de débourser quelque 150 000 $ sur une base annuelle, comme c'était prévu dans le plan initial, les deux parties planchent présentement sur un partenariat qui impliquerait plutôt les immobilisations de l'institution. Parmi les pistes de solutions envisagées, il est notamment question de l'aménagement d'un centre d'entraînement multifonctionnel qui servirait notamment aux joueurs de l'équipe de football.

Avec un terrain de soccer en décrépitude et une piste d'athlétisme impraticable, nul doute que cette façon de faire pourrait rejoindre les deux parties. «La priorité demeure le redressement de la situation financière de l'université. On peut difficilement injecter de l'argent dans ce projet alors qu'on en aurait besoin ailleurs. Il faut aussi voir comment une équipe de football peut arriver à s'insérer dans l'offre globale des Patriotes», mentionne M. McMahon.

Une décision le 31 octobre?

À la lumière de ces discussions, tout porte à croire que les promoteurs ont eu droit à une oreille attentive du recteur McMahon puisque leur projet de faire renaître le football à l'UQTR devrait être soumis à un nouveau vote cet automne. La prochaine séance du conseil d'administration est prévue le 31 octobre et d'ici là, les deux parties travailleront d'arrache-pied afin de peaufiner un projet qui satisfera les membres du conseil.

D'ailleurs, pour le nouveau recteur, il n'est pas question d'aller soumettre un projet qui ne recevrait pas la faveur du conseil d'administration ainsi que toute la communauté universitaire. «Lorsqu'on va présenter le projet, c'est parce qu'on sera certain qu'il recevra l'approbation», souligne McMahon.

Quant aux promoteurs, s'ils souhaitent lancer les opérations de l'équipe en vue de la saison 2018, ils devront soumettre une lettre d'intention au Réseau du sport étudiant du Québec, le 24 novembre, lors du banquet de fin d'année qui s'inscrit dans les festivités de la Coupe Vanier.

«On y croit toujours. Ça va bien, on a d'autres rencontres au dossier. On continue de travailler fort et tout devrait être prêt pour la prochaine réunion du conseil d'administration. On veut présenter quelque chose de solide», mentionne Jean-Guy Paré.

Financement privé

Le 26 novembre dernier, les membres du conseil d'administration avaient rejeté en bloc la proposition d'aller de l'avant avec le projet des quelque 35 hommes d'affaires.

À l'époque, les nombreuses compressions budgétaires ainsi que la présence d'un recteur par intérim avaient influencé la décision. L'absence de garantie que le projet allait se faire à coût nul à court, moyen et long termes avait aussi joué contre le retour d'une équipe de football.

Dans leur proposition à l'UQTR, les promoteurs conservent sensiblement la même formule, c'est-à-dire un modèle d'affaires s'appuyant sur une corporation privée. Par l'entremise de la Fondation de l'UQTR, on espère notamment parvenir à recueillir trois millions $ de la part de donateurs privés.

En plus du financement privé, les commandites et la vente de billets permettront de boucler le budget annuel d'opération évalué à un million $. En mars dernier, la corporation indiquait avoir amassé 650 000 $ auprès de divers donateurs.

Un commanditaire a également consenti à acheter 3675 billets par match pour les trois premières saisons, soit la quantité qui garantira à la corporation en charge de l'équipe de rédiger son bilan financier à l'encre noire.

Pendant ce temps, au Cégep de Trois-Rivières, on demeure des témoins bien attentifs au dossier. Tout juste avant le rejet du projet en novembre dernier, le conseil d'administration du Cégep avait donné son accord afin de participer à un agrandissement de 4000 places du Stade Diablos, en partenariat avec l'UQTR et la Ville de Trois-Rivières. Le projet est évalué à 3,2 M$, dont la moitié pourrait être financée par un programme du gouvernement du Québec.

Cette résolution du conseil d'administration demeurera valide si jamais l'UQTR choisit finalement de donner son accord au retour des Patriotes au sein du réseau québécois de football universitaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer