Les Rafales reçus comme des rois par l'Impact

Les joueurs des Rafales OSQ ainsi que ceux... (Courtoisie)

Agrandir

Les joueurs des Rafales OSQ ainsi que ceux de l'Impact ont partagé le même terrain, le temps de disputer un match amical dimanche au Stade Saputo de Montréal.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le temps d'une journée, les joueurs des Rafales de la Mauricie ont foulé la même surface de jeu que leurs idoles de l'Impact de Montréal.

Visite des vestiaires, passage dans le couloir menant vers le terrain et présentation officielle, gracieuseté de l'annonceur maison: ces jeunes de 19 à 22 ans n'oublieront pas de sitôt leur visite de dimanche au Stade Saputo.

Champions provinciaux des Olympiques spéciaux il y a une semaine à peine, les Rafales ont eu le privilège de rencontrer deux joueurs de l'Impact, Ambroise Oyongo et Anthony Jackson-Hamel. Deux porte-couleurs de l'équipe de réserve ainsi que deux adjoints de l'entraîneur-chef Mauro Biello ont rejoint leurs invités au centre du terrain et tous ont participé à un match amical.

«Ils ont été reçus comme des pros, c'était un traitement royal», a raconté, tout sourire, l'entraîneur des Rafales Denis Berthiaume. «Les gars de l'Impact ont joué le jeu, ce fut très apprécié.»

La quinzaine de joueurs des Rafales a été retenue pour participer à cette journée après avoir remporté un concours provincial. Le 31 août, les jeunes avaient notamment eu la chance de visiter la caserne Letourneux, où s'entraîne l'Impact. Là-bas, ils avaient échangé avec Patrice Bernier et Michael Salazar.

La visite de dimanche s'inscrivait comme la deuxième activité de prévue sur trois. À la mi-octobre, les Rafales retourneront au Stade Saputo et seront alors présentés à la foule dans le cadre d'une partie opposant l'Impact à son rival du Toronto FC.

Inutile de dire que les 30 billets disponibles ont été rapidement distribués dans l'entourage des Rafales pour ce match très attendu! «Nous vivons de belles émotions cet été, c'est vrai! Rencontrer les gens de l'Impact, c'est comme la cerise sur le sundae. J'ai vu un de mes joueurs donner des conseils à l'entraîneur des gardiens de l'Impact!»

Créer son propre tournoi

Denis Berthiaume et sa petite équipe font tout en leur possible pour faire vivre des moments inoubliables à ces jeunes de 19 à 22 ans vivant avec une déficience intellectuelle. La prochaine étape consisterait à créer un tournoi pour inciter les autres équipes du Québec à venir à Trois-Rivières. 

«On aimerait organiser quelque chose cet hiver au Complexe sportif Alphonse-Desjardins. L'objectif, c'est que les jeunes jouent davantage. Il y a beaucoup de pratiques durant l'année, mais nous savons qu'ils apprécient beaucoup de jouer des parties.»

Dans un monde idéal, Berthiaume formerait deux équipes afin d'équilibrer les forces au sein des Rafales. Il incite donc les personnes intéressées à joindre les rangs d'une équipe qui a vécu un été tout sauf ennuyant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer