Guy! Guy! Guy!

Lorsqu'il saute dans le canot, Guy Rousseau se...

Agrandir

Lorsqu'il saute dans le canot, Guy Rousseau se donne à fond la caisse!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claude Loranger
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Vingt-cinq fois la Classique internationale de canots de la Mauricie au compteur, c'est un exploit remarquable! Barrage de questions avec le vétéran canotier Guy Rousseau qui mériterait d'emblée un podium pour ses bons coups d'aviron.

D'abord et avant tout, disons que le Guy! Guy! Guy!, que scandaient ses fans à l'arrivée des canotiers à l'île Saint-Quentin à la fête du Travail, a fait la pause (1984 à 1990) de compétition alors qu'il pratiquait quand même le canot comme loisir.

Parle-moi de ta première course...

«En 1983, j'étais sur la grille de départ à La Tuque pour entamer ma première Classique en compagnie de Michel Bouvette. Nous avions terminé au 50e rang sur 86 inscrits! Sans les précieux conseils d'Yves Cartier, un canotier toujours actif, nous n'aurions jamais terminé la course.»

«Encore une fois cette année, je me surprends toujours à me tenir au câble de départ à La Tuque pour une 25e fois... beaucoup moins nerveux qu'à ma première Classique en 1983! Toujours impressionnant de revoir sur la ligne de départ les incorruptibles (Greffard, Morel, Joly, Cartier, Robinson, Manns et Peterson) qui n'ont pas encore décroché du canot.»

Le plus grand moment que tu as vécu...

«Les seize fois que j'ai fait la Classique avec mon frère Jean (Rousseau) en terminant dans le top-10 

à dix reprises. Et ma plus mémorable course remonte à 2006 avec une troisième place. Ce fut sans contredit ma meilleure performance à vie!»

«D'autres excellents partenaires m'ont aussi permis de me hisser dans le top-10, soit Alain Poirier (2008, quatrième position), Mathieu St-Pierre (2011, sixième position), François Dagenais (2014, dixième position) et Patrick Armstrong (2015, neuvième position). Et dans le top-20, j'ai eu comme coéquipiers Daniel Gélinas, Paul Crochetière, Jean Boisvert et un autre avec François Dagenais cette année.»

Autres faits marquants sur la planète canot...

«Deux podiums sur dix participations à la General Clinton Canoe Regatta et trois top-10 en autant de participations lors du AuSable Canoe Marathon.»

Une anecdote à nous raconter...

«En 2007, après avoir terminé en deuxième position à la General Clinton Canoe Regatta, un jeune Québécois qui m'était inconnu (il avait suivi la course) est venu m'interpeller à savoir si j'avais besoin d'aide pour apporter mon canot à l'auto... Il s'agit de Guillaume Blais. Même champion aujourd'hui, il utilise encore nos trucs!»

Quel est ton coup de coeur de la Classique 2016?

«La diffusion en direct sur le Web!! Un gros WOW à Pierre-Yves Rousselle à la description! Là-dessus, la Classique est vraiment en avance!» 

Y aurait-il une nouveauté à y apporter pour les canotiers?

«Comme aux Nationaux américains, des catégories d'âge s'imposeraient peut-être, ce qui me permettrait d'accéder encore au top 5.»

Où s'en va la Classique, à tes yeux?

«Sur la bonne voie et à la vitesse grand V! Stéphane Boileau est à l'écoute des canotiers. C'est l'homme de la situation. Il abat un travail colossal avec son équipe pour redresser le navire. Les puces électroniques pour les canots s'en viennent!»

Quels ont été tes mentors?

«J'ai donné mes premiers coups d'aviron en 1976 au Club de canotage du Cap sous la tutelle d'Alex Legrow, François Rouette, Marcel Plante et bien d'autres. En 1991, j'ai décidé de faire le saut en C2 aux côtés de mon frère Jean Rousseau. Une première tentative qui s'est conclue en 26e position.»

Quel nombre d'heures consacres-tu à l'entraînement?

«De 200 à 235 heures par année. Le tout débutant au début de mars à travers les glaces sur le fleuve Saint-Laurent. La natation prend le relais de novembre à mars au rythme de trois sessions par semaine.»

Y a-t-il une belle relève dans le monde du canot?

«La compétition pour le futur s'annonce excellente avec les frères Pellerin, Guillaume Blais, Samuel Frigon et plusieurs jeunes loups issus du R9 (rabaska) tels qu'Antoine Rouleau, Anthony Dubord, Gabriel LaRose, Josué Houle, pour ne nommer que ceux-là.»

Quel est ton emploi dans la vie de tous les jours?

«J'occupe la chaise de représentant en plomberie chez Emco à Trois-Rivières. Mon patron, Michel Veillette, un grand fan de sport, est un de mes plus fidèles supporteurs.»

En tant que quinquagénaire, as-tu déjà songé à jeter l'éponge?

«À 54 ans, j'y vais une année à la fois. Le canot, c'est toute ma passion! Tant et aussi longtemps que la santé tiendra le coup, je serai sur la ligne de départ!»

En vitesse

Les retrouvailles des Draveurs, prévues lors du match inaugural de la formation le Blizzard de Trois-Rivières (LNAH), le vendredi 7 octobre prochain, vont au-delà des espérances puisqu'une cinquantaine d'anciens de la machine trifluvienne ont confirmé leur présence.

Parmi ceux-ci, il fera bon renouer avec les MICHEL LEBLANC, PIERRE AUBRY, RICHARD DAVID, PIERRE SÉVIGNY, ÉRIC BELLEROSE, STEVE VEILLEUX, PIERRE TASSÉ, DENIS POMERLEAU, CHRISTIAN TANGUAY, NORMAND LEFEBVRE, MARIO PARADIS, NORMAND LEFRANÇOIS, CLAUDE VERRET... Il y aura également MARTIN DESJARDINS, SYLVAIN LANDRY, BENOIT GOSSELIN, BENOIT LAPORTE, DANIEL ST-LAURENT, FRANCIS BREAULT, DANIEL HORNE et MICHEL CHAMPIGNY.

Du côté des entraîneurs, MARIO BAZINET et MOOSE DUPONT accompagneront MICHEL «LE TIGRE» BERGERON. PIERRE GERVAIS (gérant de l'équipement chez le Canadien) sera aussi de l'événement. SYLVAIN ROBERT, un des magnats du Blizzard, souligne avec enthousiasme le bon boulot accompli par les recherchistes CLAIRE LEFEBVRE (une fan finie des Draveurs), ISABELLE-GENEVIÈVE CHARTIER ainsi que PIERRE MILETTE et DENIS MARCOTTE.

Francis Turbide se joint au Climatisation Cloutier

L'organisation du club Climatisation Cloutier du Cap-de-la-Madeleine (LHSAM) a frappé pour le coup de circuit en s'assurant les services du défenseur FRANCIS TURBIDE, un ancien de la LHJMQ, qui a notamment joué sous les ordres d'ÉRIC VEILLEUX à Baie-Comeau. L'athlète de Trois-Rivières devrait être du match préparatoire samedi (20 h) alors que le club Bellemare de Louiseville du nouvel entraîneur MICHEL CROTEAU sera en ville.

Club des as

Au club Royal-Laurentien, NICOLE HÉROUX (Ki-8-Eb) avait une carte cachée dans ses bagages puisqu'elle a réussi le coup parfait au trou no 11 devant ses partenaires CAROLE LAFRANCE, NICOLE LEFEBVRE et SOLANGE BERNIER.

Au Kanipco, HÉLÈNE MONTREUIL a réussi l'exploit au trou no 1 tandis qu'HUGO ALLARD (9 ans) a ébloui sa maman au trou no 7.

Au club Diplomat (Hallandale, Floride), le Trifluvien SYLVAIN LEBEL a épaté son partenaire MICHEL MARCHAND au trou no 3.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer