Charles Moreau rafle le bronze à Rio

Charles Moreau (à droite) à souligné son baptême... (Jean-Baptiste Benavent)

Agrandir

Charles Moreau (à droite) à souligné son baptême du feu aux Jeux paralympiques en gagnant le bronze au contre-la-montre. Il est avec le médaillé d'argent Walter Ablinger et le champion Vittorio Podesta.

Jean-Baptiste Benavent

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est la médaille de la résilience, celle qui couronne un long et éreintant parcours depuis qu'il a pris la décision, il y a trois ans, de concentrer ses énergies sur le vélo à mains.

Charles Moreau a remporté la médaille de bronze à l'épreuve du contre-la-montre en paracyclisme, mercredi aux Jeux paralympiques de Rio, plus de huit ans après avoir été victime d'un grave accident sur le pont Laviolette, à Trois-Rivières.

L'ancien étudiant de l'UQTR n'a donc pas loupé son baptême de feu sur la plus grande scène du sport amateur, lui qui prenait part à l'épreuve la plus importante de sa carrière. «J'ai donné mon maximum, je suis aller en chercher une!», s'est exclamé l'homme de 34 ans quelques minutes après avoir franchi la ligne d'arrivée.

Le parcours paradisiaque longeant l'océan Atlantique a souri à Moreau, débarqué au Brésil avec de grandes ambitions, notamment en raison de sa victoire lors d'une étape de la Coupe du monde en Belgique plus tôt durant la saison. Cette fois-ci, l'ultime honneur est revenu à l'Italien Vittorio Podesta, l'un des meilleurs de sa discipline dans la classe H3 ces trois dernières années.

Seul devant, Podesta a bouclé les 20 km en 28min19,45sec. Il jouissait de plus d'une minute d'avance sur ses deux plus proches poursuivants, l'Autrichien Walter Ablinger (29min26,01sec) et Moreau (29min26,91sec).

«Je pense que c'est bon, mais je ne suis pas entièrement satisfait», a lancé le Victoriavillois, dans un épisode d'autocritique que plusieurs considéreraient sévère.

«Vous me trouvez exigeant, c'est vrai, mais je pense que ça aurait pu aller encore mieux. Je n'ai pas conclu la course avec les chiffres que j'affiche normalement et je me croyais capable de battre Podesta. C'est davantage par rapport à ça. On va s'ajuster pour les prochaines années.»

Qu'à cela ne tienne, les conditions n'étaient pas optimales pour les 13 participants du contre-la-montre. Le vent a soufflé de manière intense pendant une bonne partie de l'épreuve. Par contre, Moreau et ses adversaires, puisqu'ils misent sur des bolides aérodynamiques, ont peut-être un peu moins ressenti ce facteur que les cyclistes des Jeux olympiques, un mois avant eux.

«Il n'y a pas une grande différence, si ce n'est qu'on pouvait se cacher à certains endroits avec les murets de sécurité et les barrières. Ça devenait un important segment stratégique, surtout que mes bras semblaient plus lourds que d'habitude.»

Certaines données confirment l'analyse de Moreau. Sur le chemin de l'aller, les vitesses enregistrées se situaient en moyenne entre 50 et 52 km/h. Au retour, elles chutaient à 36 ou 38 km/h. Au terme de sa demi-heure d'efforts, il a roulé en moyenne à 40,479 km/h contre 42,367 km/h pour le vainqueur.

Deux en deux?

Charles Moreau se préparait pour une longue nuit de sommeil mercredi soir. C'est que le nouveau papa troquera son vélo à mains de contre-la-montre pour celui de cyclisme sur route, dès jeudi dans le cadre de sa deuxième course en autant de jours dans la cité merveilleuse.

Peut-il prétendre à un deuxième podium en moins de 24 h? Lors de son entrevue avec Le Nouvelliste avant le début des compétitions, Moreau avait admis viser une médaille, et peut-être même l'or au contre-la-montre, tandis qu'un podium demeurait possible en cyclisme sur route si tous les astres s'alignaient pour lui.

«Oui, j'ai encore de très bons espoirs. Deux courses en deux jours, c'est souvent la norme pour nous sur le circuit international. Donc chaque coureur arrivera dans les mêmes dispositions. C'est fatiguant, mais c'est comme ça!»

Déception

Le Canada a connu une journée prolifique à son entrée en paracyclisme mercredi à Rio, amassant un total de cinq médailles, dont une d'or (Tristen Chernove, C2). Par contre, les amateurs et les proches de la plupart de ces concurrents n'auront même pas été en mesure de suivre les prouesses de leurs favoris par le biais de la webdiffusion en direct.

Les coupures budgétaires de l'organisation des Jeux paralympiques ont forcé les décideurs à prendre certaines décisions, dont l'arrêt de la webdiffusion de quelques disciplines. «Les Paralympiques représentent une compétition de deuxième importance pour bien des gens, se désolait Moreau sur sa page Facebook mercredi. Les sports des Jeux olympiques et ceux disputés à l'intérieur pendant les Paralympiques n'ont pas subi ces coupures...»

Et de quatre pour Zanardi

L'ex-pilote automobile Alessandro Zanardi a remporté sa quatrième médaille en carrière aux Jeux paralympiques.

Victime d'un grave accident en 2001 qui lui a fait perdre ses deux jambes, le paracycliste connaît beaucoup de succès dans sa nouvelle vocation. Lui et Podesta ont gagné deux des trois médailles d'or de l'Italie mercredi en paracyclisme.

Partager

À lire aussi

  • Le grand jour pour Charles Moreau

    Sports

    Le grand jour pour Charles Moreau

    «Celui qui n'a connu la chute, ne peut connaître la gloire», disait Confucius. Charles Moreau pourrait difficilement mieux illustrer ce proverbe. Le... »

  • Charles Moreau quittera Rio double médaillé

    Sports

    Charles Moreau quittera Rio double médaillé

    Le paracycliste Charles Moreau a mis la main jeudi sur sa deuxième médaille de bronze en deux jours aux Jeux de Rio quand il s'est classé troisième... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer