Quand les hockeyeurs s'en mêlent

L'équipe de golf des Patriotes occupe le quatrième... (Simon Lahaye Photographe)

Agrandir

L'équipe de golf des Patriotes occupe le quatrième rang provincial. Première rangée: Mikaël Langlois, l'entraîneur Pascal Garneau et Alexandre Chayer. Deuxième rangée: Anthony Demers, Jacob Robitaille, François Mooijekind, Marc-Olivier Moyen et Carl Gélinas.

Simon Lahaye Photographe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le hockey et le golf ont une chose en commun: les deux se jouent avec un bâton. C'est peut-être pourquoi, au sein de l'équipe de golf des Patriotes de l'UQTR, ce sont d'anciens hockeyeurs de la LHJMQ qui campent le rôle de meneurs.

Le groupe aspire à se qualifier pour le Championnat canadien universitaire et il a fait un pas appréciable dans cette direction, la fin de semaine dernière à Mirabel, en marquant l'histoire du programme trifluvien.

Grâce à un pointage cumulé de 291, l'équipe a terminé sa première ronde sur le parcours du Victorien avec un coup sous la normale, une première en 16 ans à l'UQTR pour une compétition par équipe. Mikaël Langlois et Carl Gélinas, deux hockeyeurs bien connus en région, ont notamment ramené une carte de 72 cette journée-là. Au final, les Patriotes ont réussi à se classer au quatrième rang provincial au terme de la compétition.

S'ils parviennent à se maintenir dans le top-4 après le Championnat provincial au début du mois d'octobre, les Trifluviens officialiseront leur présence au prestigieux tournoi national, prévu le printemps prochain en Ontario. Et comme le hasard fait bien les choses, les provinciaux auront lieu dans trois semaines... au Ki-8-Eb de Trois-Rivières!

«On va aborder le provincial avec beaucoup de confiance, surtout que nous sommes à l'aise sur ce terrain», confie Langlois, le capitaine de ce groupe tissé serré et complété par Gélinas, la recrue Jacob Robitaille, Anthony Demers - qui a déjà pris part au camp des Cataractes - et François Mooijekind. Alexandre Chayer et Marc-Olivier Moyen évoluent aussi pour les Patriotes, mais à titre individuel.

Langlois écoule sa troisième année d'éligibilité, lui qui s'alignait aussi pour les Patriotes hockey jusqu'au printemps dernier. En dépit des succès de la formation pilotée par Marc-Étienne Hubert, l'étudiant en administration de 

23 ans a décidé, après une conversation avec son entraîneur, d'accrocher ses patins. «J'avais vécu quelques déceptions et je me disais que je pouvais être plus utile dans le golf. J'ai eu la chance de vivre un championnat canadien comme hockeyeur et je veux répéter ça comme golfeur.»

Car les Patriotes ont loupé leur qualification pour le grand rendez-vous deux années de suite. C'est maintenant le temps de renverser cette tendance, lance leur entraîneur Pascal Garneau, qui dirige les troupes depuis cinq ans sur le campus.

«Je trouve qu'on a un beau noyau, observe le jeune mentor de 29 ans. Nous étions cinquièmes à la même époque l'an passé, donc on est en avance. Le système de pointage ne nous a pas avantagé depuis le début de la saison, nous pourrions être encore plus près des Carabins et du troisième rang. Par contre, nous aurons l'opportunité de jouer sur un de nos terrains aux provinciaux, alors c'est un gros plus.»

Si ses protégés obtiennent leur qualification, Garneau leur a déjà promis une récompense. «On s'en va en camp d'entraînement à Myrtle Beach!»

D'ici là, il reste quand même beaucoup de besogne à accomplir. Carl Gélinas en est conscient, lui qui a rallongé de quelques mois la durée de son stage universitaire afin de s'assurer d'être un régulier sur l'équipe de golf en 2016-17. «J'ai pris des cours cette session-ci pour être éligible de nouveau car je ne voulais pas quitter les gars en sachant qu'on avait raté notre qualif pour le Championnat canadien en 2015.»

L'attaquant du Blizzard de Trois-Rivières aurait dû attendre un an s'il avait voulu s'aligner pour les Patriotes hockey, lui qui arrivait de McGill. «Je ne me voyais pas arrêter le hockey organisé complètement pendant un an, donc j'ai décidé de rejoindre le Blizzard et de demeurer un étudiant-athlète avec les Patriotes en golf. À la lumière de nos résultats, je pense avoir pris la bonne décision!»

Et ce n'est pas Pascal Garneau qui s'en plaindra non plus. «J'adore les coacher. On a du plaisir tous ensemble. Pour des hockeyeurs, ils gèrent bien leurs émotions, même si ce sont tous des gars de tête», conclut Garneau en souriant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer