Les Dragons perdent la bataille des unités spéciales

C'est en mettant de la pression sur le... (Nicolas Ducharme)

Agrandir

C'est en mettant de la pression sur le gardien Mathieu Marquis que les Lauréats l'ont emporté.

Nicolas Ducharme

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le premier match de la saison des Dragons du Collège Laflèche a été fertile en émotions et payant pour les statistiques du jeu de puissance des Trifluviens, mais aussi des Lauréats de Saint-Hyacinthe. Ces derniers l'ont emporté par la marque de 5-4.

Pas moins de six des neufs buts comptés lors de la rencontre disputée à l'aréna Claude-Mongrain l'ont été alors qu'il y avait au moins un homme au cachot. C'est d'ailleurs de cette façon que les Dragons ont pris l'avance 2-1 en première période grâce à deux filets de Zacharie Maheu. Mais les Maskoutains ont imité les locaux avec un but en avantage numérique alors qu'il ne restait que deux secondes à faire à l'engagement.

«Les unités spéciales font la différence. Notre équipe est excessivement jeune. Tous les gars ont contribué. Je pense que le score final n'indique pas l'allure du match. Notre gardien Mathieu Marquis mérite une mention spéciale, il a fait d'excellents arrêts. Ils ne restera pas ici longtemps. Le match aurait pu être bien différent», souligne le directeur général Éric Claveau, qui agissait à titre d'entraîneur-chef avec la suspension de deux matchs de Kevin Desrochers.

Si la première période a été l'affaire de la recrue Maheu, c'est le vétéran Frédéric Lemay-Bégin qui s'est levé en deuxième. Après avoir nivelé la marque à 3-3, il a redonné l'avance aux siens avec son deuxième du match à la 14e minute de la rencontre.

Mais les Lauréats n'ont pas abandonné, se lançant sur la cage du gardien Mathieu Marquis. Samuel Guertin a finalement réussi à enfiler l'aiguille lors d'une mêlée devant le filet pour retourner les deux équipes à la case départ. Alors que la rondelle traversait la ligne rouge, Cédric Jouve y allait d'un dardage qui lui a valu une pénalité de quatre minutes. Une occasion en or pour les visiteurs qui en ont profité. Cédrick Chagnon a finalement battu Marquis moins de deux minutes plus tard pour donner la victoire aux siens.

Claveau a préféré ne pas lancer la pierre à son attaquant. «Notre gardien, c'est une forteresse que l'ont doit défendre, mais ça ne doit pas enlever notre jugement. J'aime mieux apprendre en début de saison avec un quatre minutes sur lequel nous pourrons bâtir dessus. Ce n'était pas un quatre minutes avec un coup de bâton, juste pour être indiscipliné.»

Il s'agissait d'une victoire émotive pour les Lauréats, qui en étaient à leur premier match dans la Ligue collégiale de hockey. Plus musclés, ils ont imposé leur rythme.

«Ça fait partie de notre identité. Nous sommes une équipe qui veut exploiter sa vitesse et minimiser l'espace disponible pour l'adversaire et les forcer à commettre l'erreur. Revenir d'un but de l'arrière sur la route, nous sommes très satisfaits», a indiqué le pilote maskoutain Louis-Philippe Blanchet.

Claveau estime que son équipe devra être plus disciplinée et apprendre à jouer avec une meilleure connaissance du temps restant au tableau.

«Notre force, c'est la vitesse. On doit apprendre à payer un peu plus le prix. Si on respecte notre identité, ça va payer à long terme.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer