Hugo Houle espère que le vélodrome se réalisera

Hugo Houle applaudit l'initiative de Michel Jean, qui... (La Presse)

Agrandir

Hugo Houle applaudit l'initiative de Michel Jean, qui espère construire un vélodrome à Trois-Rivières.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le projet de l'ingénieur Michel Jean de bâtir un vélodrome à Trois-Rivières réjouit au plus haut point Hugo Houle. Le cycliste y voit enfin une occasion pour tous les Québécois de rejoindre l'élite mondiale sur piste.

Le Perpétuen était bien au fait du projet avant même la parution de l'article à ce sujet dans Le Nouvelliste, jeudi. Il avait déjà offert son appui puisqu'il y voit un outil essentiel pour les athlètes de la région, autant sur piste que sur route.

«Ça ne peut que bénéficier au cyclisme en Mauricie, dans le reste du Québec et même dans l'est du Canada, où nous n'avons pas ce genre d'infrastructure. C'est manquant pour le développement des athlètes. Même moi, j'irais pour faire des entraînements spécifiques, travailler ma vitesse et mon contre-la-montre. 

La piste, c'est toujours bénéfique. On l'a vu cette année avec Mark Cavendish qui a eu du succès au Tour de France après les efforts qu'il a mis sur piste. Je serais le premier à être sur la piste si le projet peut se concrétiser. Ce serait exceptionnel.»

Selon les premiers plans, le nouveau vélodrome serait équipé d'une piste réglementaire de 250 m, mais serait gardé à son strict minimum au chapitre des estrades et installations afin de réduire les coûts de construction, estimés entre 10 et 12 M$.

Houle explique que les vélos de piste, qui n'ont pas de freins ou de vitesses, sont d'excellents outils pour développer une bonne enjambée et une autre méthode de pilotage, bien différente de ce qu'on peut pratiquer sur la route. Il espère que l'Université du Québec à Trois-Rivières s'impliquera, puisqu'il s'agirait d'un excellent laboratoire pour ses programmes reliés à la science du corps.

«Ça pourrait bénéficier aux jeunes étudiants de la région. C'est une très belle initiative, dit-il. La piste permet de faire un travail spécifique dans un environnement contrôlé (à l'abri des caprices de la nature et des conditions de la route). On peut voir la progression de semaine en semaine. En plus, avec l'hiver, on ne peut pas rouler au Québec. Ça permettrait aux gens de la région d'aller faire du vélo et de garder la forme sur la piste», souligne celui qui passe ses hivers sur le Vieux Continent, seul moyen de rouler 12 mois par année.

Si Houle choisit l'Europe, pour les pistards québécois, l'option la plus rapprochée est le tout nouveau vélodrome de Milton, en Ontario. Une option onéreuse et peu accessible pour quelqu'un qui n'est pas prêt à déménager.

«Je pense que ce n'est que l'élite qui peut se le permettre. C'est loin et ça demande beaucoup de temps. Quand on n'a pas d'infrastructure, on ne développe pas d'athlètes. Je pense qu'au Québec, nous avons de bons athlètes, mais ça prend un endroit pour s'entraîner», souligne l'olympien, qui croit que plusieurs cyclistes pourraient s'installer en région avec la construction d'un vélodrome.

«Hugo Barrette apprécierait s'entraîner ici plutôt que de se rendre à Milton, même chose pour Rémi Roy-Pelletier. Ils sont obligés d'aller en Ontario, et avant, les gars devaient aller à Los Angeles parce qu'il n'y avait pas de piste au Canada.»

La Ville pas au courant

Le maire Yves Lévesque n'était pas au fait de la démarche entreprise par Michel Jean à laquelle des étudiants de l'UQTR et de l'Université Laval participeront. 

Celui-ci explique ne pas avoir été approché, qu'il garde une porte ouverte pour un tel projet, mais que le tout est encore trop embryonnaire pour se prononcer.

Un arrêt au Québec pour Houle

Hugo Houle fera un rare arrêt au Québec ce week-end avec la tenue des Grands Prix Cyclistes de Québec et de Montréal ce week-end. Une chance de voir ses proches à travers une saison des plus occupées.

«La saison a été longue mais je ne lâche pas trop, je suis encore motivé. C'est exceptionnel de courir à la maison. J'ai gardé un bon entraînement et je suis fin prêt pour ce week-end. J'espère que nous aurons du soleil. Je suis prêt et bien entraîné. Il reste à voir comment les potes vont réagir demain mais ça devrait être bon. J'ai hâte de courir devant les miens», mentionne celui qui a participé au Giro d'Italie et aux Jeux olympiques.

Houle espère connaître une bonne performance dans les rues de la vieille ville et dans celles de la métropole et peut-être se tenir avec les meneurs lors des épreuves de 201,6 et 205,7 km.

«Tout va dépendre du planning de l'équipe. Si j'ai de bonnes jambes, et que je peux arriver avec le groupe de tête, ce sera un bel accomplissement. 

Si je suis devant au sprint, ce sera magnifique. On verra ce que j'ai dans les jambes pour la suite», conclut le coureur de l'écurie AG2R La Mondiale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer