Antoniades a fait preuve de ténacité

Pavlos Antoniades... (Facebook)

Agrandir

Pavlos Antoniades

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Ça prend du talent pur pour prétendre devenir un athlète d'élite, mais la ténacité et la résilience sont aussi des ingrédients essentiels dans la quête vers l'excellence.

Le triathlète Pavlos Antoniades a prouvé cet été qu'il misait sur toutes ces qualités, ce qui laisse croire à son entraîneur Pascal Dufresne que le meilleur reste à venir dans le cas du jeune mais prometteur adolescent de 16 ans.

Antoniades a remporté les honneurs de la Série nationale junior d'Edmonton en fin de semaine, complétant les 750 m de natation, 20 km de vélo et 5 km de course à pied en 57 min 02,2 sec, soit cinq secondes plus rapide que son plus proche rival.

Pourtant, il y a deux mois, le Trifluvien était cloué à son lit, conséquence d'une chute à vélo pendant le Championnat panaméricain junior à Des Moines, en Iowa. Il avait alors souffert d'une commotion, ce qui contrecarrait ses plans pour la suite de la saison.

«Je visais les Mondiaux au Mexique, ç'a été difficile d'avaler la pilule», confiait Antoniades, mardi au Nouvelliste, quelques heures après son retour de l'Ouest canadien.

«Je n'ai pas pu m'entraîner pendant une semaine, je voyais mes coéquipiers partir vers le Championnat canadien à Ottawa en me disant que je ratais une belle opportunité de me faire voir par Triathlon Canada.»

Sans surprise, la troisième et dernière place disponible sur l'équipe nationale en vue des Mondiaux a été attribuée à un autre triathlète, Brennen Smith. Ce dernier prenait d'ailleurs part à l'épreuve d'Edmonton en fin de semaine et c'est lui qui a terminé en deuxième position, tout juste derrière Antoniades.

Il s'agissait en quelque sorte d'une finale consolation pour l'athlète masculin par excellence de niveau québécois du dernier Gala Sports Québec. «C'est un heureux dénouement, surtout après tous les obstacles que j'ai traversés durant l'été. Brennen nage plus vite que moi et je sais qu'au Championnat mondial, les gars sont tous d'excellents nageurs. Je dois améliorer ma condition dans l'eau si je veux me battre avec les meilleurs.»

En tout cas, ses conditions à vélo et à la course à pied, elles, ne laissent aucun doute: Antoniades est dominant. Même s'il se bat contre des triathlètes de 17, 18 et 19 ans, il réussit à enregistrer les meilleurs chronos. Lors du 5 km de son triathlon d'Edmonton, il a bouclé la distance en 15 min 41,8 sec!

«Pavlos est parvenu à rattraper Smith après sa sortie à l'eau», explique Pascal Dufresne, qui a épié les prouesses de son protégé par le biais de son ordinateur.

«Il a livré une course extraordinaire pour gagner sa première Série nationale chez les juniors. Il vient tout juste d'avoir 16 ans! Mais au-delà de la prestation, je retiens son attitude exemplaire. Après sa blessure, plusieurs auraient dit "Okay, on lâche la pédale". Pas Pavlos. Il a offert sa meilleure course de l'année en sachant qu'il n'était pas retenu pour les Mondiaux. Il a d'ailleurs servi toute une séance d'entraînement à Brennen Smith!»

Outre Smith, deux autres triathlètes, Charles Paquet et Olivier Blecher, représenteront le Canada au Mexique. Ils n'étaient toutefois pas à Edmonton la fin de semaine passée.

En plus d'Antoniades, Félix Plourde-Couture, un autre membre du Trimégo, avait fait le voyage dans la capitale albertaine. Il a conclu au 12e rang sur 30 participants (59 min 58 sec).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer