Sur les traces de frérot

Rosalie Frigon a participé à sa première Classique... (Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

Rosalie Frigon a participé à sa première Classique internationale de canots de la Mauricie.

Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après cinq années à admirer son frère parcourir la rivière Saint-Maurice pendant le week-end de la fête du Travail, Rosalie Frigon a décidé que le temps était venu de passer de l'ombre à la lumière.

C'est donc en compagnie de l'Américain Daniel Medina qu'elle a relevé le défi de parcourir pour la première fois les 200 kilomètres séparant La Tuque et Trois-Rivières.

Au cours des dernières éditions de la Classique internationale de canots de la Mauricie, la rameuse de 19 ans travaillait au sein de l'équipe de ravitaillement de son frère Samuel.

En 2014, elle avait même supervisé le duo tout familial de son frère et son père Marcel.

C'est finalement l'été dernier, une fois l'arrivée ralliée par tous les participants à l'île Saint-Quentin, que Rosalie Frigon a fait un pacte avec elle-même: elle allait être sur la ligne de départ de la 83e édition.

«Je suis la troisième de la famille à y participer. Tout le monde y a passé maintenant!», sourit celle qui est également entraîneure au Club de canotage de Shawinigan.

Évidemment, sa première Classique n'a pas été de tout repos. En plus 200 heures d'entraînement et un séjour en Floride afin de se préparer adéquatement, elle a pris part pour une première fois à la General Clinton Canoe Regatta, à Cooperstown. En compagnie d'Antoine Rouleau, elle a terminé 32e en 8 h 36 m 10 s.

Puis, lors de la AuSable River Canoe Marathon, où elle agissait comme ravitailleuse, elle a enfin déniché son partenaire pour la Classique mauricienne. «Je connais Daniel depuis longtemps et je lui ai simplement lancé l'idée de ramer avec moi. Il a rapidement accepté le défi!», raconte la canotière de Saint-Boniface.

Ce week-end, après avoir bouclé la première étape de 75 km en 5 h 17 hm 29 s, Frigon et Medina ont eu besoin de plus de six heures (6 h 3 m 7 s) d'efforts pour rejoindre la Promenade du Saint-Maurice à Shawinigan. Lundi, ils ont complété leur expérience avec 3 h 17 m 7 s de canot.

«En m'inscrivant, je savais à quoi m'attendre. Je savais que ça allait faire mal. La journée de dimanche a été très difficile, mais ça vaut la peine. La rivière est tellement belle.»

Au final, Rosalie Frigon a complété son baptême de la rivière Saint-Maurice en 32e position du classement général, troisième dans la classe mixte.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer