Les Patriotes remportent la Coupe Napoléon

Les Patriotes ont remporté la Coupe Napoléon avec... (Photo: Denham J Gouldson Photography)

Agrandir

Les Patriotes ont remporté la Coupe Napoléon avec un gain de 7-3 face aux Panthers de Nottingham.

Photo: Denham J Gouldson Photography

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Patriotes de l'UQTR ne pouvaient pas mieux amorcer leur calendrier préparatoire. Les Trifluviens, en voyage en France, ont remporté la Coupe Napoléon, un tournoi à quatre équipes dont trois jouant du hockey professionnel européen.

Dans ce tournoi à la ronde, les hommes de Marc-Étienne Hubert devaient se mesurer aux Panthers de Nottingham, de la division 1 anglaise, aux Huskies de Kassel, en division 2 allemande, et à l'équipe hôte, les Gothiques d'Amiens, de la Ligue Magnus, le summum du hockey dans l'Hexagone.

Le parcours des Patriotes a été un sans-faute. Ils l'ont emporté 6-1 contre Amiens vendredi, avant de faire le coup aux Huskies le lendemain 5-1. Puis, dans ce qui s'est avéré la finale dimanche, les Trifluviens ont obtenu les grands honneurs en venant à bout de Nottingham, par la marque de 7-3.

«C'était du gros calibre et notre performance est vraiment au-dessus de mes attentes. Les gars ont fait des sacrifices durant l'été et même si nous n'avons eu que quatre pratiques avant de partir, la cohésion était là parce que c'est une équipe qui joue ensemble depuis deux-trois ans. Mais nous avions de nouveaux trios», a expliqué le pilote de l'UQTR, Marc-Étienne Hubert.

Le gardien Sébastien Auger a été particulièrement efficace et s'est attiré les regards de plusieurs recruteurs Européens, lui qui a été utilisé pendant presque tout le tournoi.

«Nottingham a vraiment été notre plus gros défi. On savait que c'était une bonne équipe et on ne savait pas à quoi s'attendre. Ils étaient gros et vite. Les Allemands aussi étaient bons, même s'ils sont en deuxième division. Il n'y a pas beaucoup de joueurs du Sport interuniversitaire canadien qui pourraient y jouer.»

Les matchs ont été disputés dans des conditions difficiles, puisqu'une canicule frappe actuellement la France, avec des températures de plus de 35 degrés celsius. Et comme nos cousins français n'ont pas l'expertise québécoise en mesure d'entretien de la glace, celle-ci était plutôt molle sous les patins, surtout que des fenêtres donnent sur l'extérieur à l'aréna des Gothiques.

«C'était comme un effet de serre», souligne Hubert.

Les Patriotes termineront leur périple en France en affrontant les Dragons de Rouen, mercredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer