Un départ magique pour les Diablos

Patrice Gemme a ouvert le pointage avec un... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Patrice Gemme a ouvert le pointage avec un touché dès le premier quart dans une victoire in extremis des Diablos de Trois-Rivières en prolongation.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) François Dussault aurait difficilement pu espérer plus spectaculaire comme premier match à la barre des Diablos du Cégep de Trois-Rivières. Un duel que sa bande a remporté 17-14 en prolongation face aux Volontaires de Sherbrooke, grâce au brio du botteur recrue William Morin.

À sa première sortie dans le réseau collégial, le jeune botteur issu de l'Académie Les Estacades a d'abord poussé le duel en prolongation lorsqu'il a converti un impressionnant placement de 45 verges sur le dernier jeu du quatrième quart. Son botté a d'ailleurs tenu les quelque 1400 spectateurs en haleine puisque la ballon a d'abord frappé la barre transversale avant de finalement traverser entre les poteaux pour ainsi semer l'euphorie dans la foule et porter la marque à 14-14.

Puis, en surtemps, les Volontaires ont d'abord bousillé leur séquence offensive lorsque leur tentative de placement d'une vingtaine de verges a été ratée. Quelques instants plus tard, les Diablos ont profité de leur tour à l'attaque pour s'approcher suffisamment de la zone des buts et faire de nouveau appel à William Morin.

Le héros du jour n'a pas raté sa mission, confirmant du même coup la première victoire en carrière de François Dussault à la tête des Diablos. «C'est exactement ce qu'on avait répété à l'entraînement, frapper la barre horizontale avant de réussir le botté égalisateur!», a lancé en boutade l'entraîneur des Rouges.

«Dans notre préparation, on a beaucoup répété aux joueurs de ne jamais lâcher. C'est important pour nous de réussir à finir les matchs, car c'est quelque chose qui manquait à l'équipe l'an dernier. Ils l'ont bien fait et c'est tout à leur honneur.»

Plus tôt dans la rencontre, le porteur de ballon Patrice Gemme avait ouvert la marque sur une courte course jusque dans la zone payante. Cette séquence suivait une belle pièce de jeu défensive alors que Jesse Bellemare avec recouvert le ballon échappé par l'adversaire pour offrir une position fort avantageuse sur le terrain à ses coéquipiers.

Puis, en fin de première mi-temps, William Morin réussissait son premier de trois placements dans ce match. Les Diablos avaient dû faire appel à leur botteur après avoir écopé d'une pénalité coûteuse à la porte des buts.

Au terme du match, François Dussault a souligné qu'il savait son botteur capable de grandes choses. «Je l'ai connu avec les Estacades. Je savais qu'il était capable de bien gérer les moments stressants. C'est un vol de pouvoir compter sur lui avec nous en deuxième division.»

Chez les Diablos, le quart William Frost a bien géré le match (13/38, 224 verges), outre un interception au troisième quart. Nicolas Goulet s'est avéré sa cible préférée, avec cinq attrapés et 119 verges de gain. Quant au vétéran demi offensif Patrice Gemme, il a bouclé son match avec 55 verges au sol et un touché.

Du côté des Volontaires, plusieurs poussées offensives du quart Maxime Bouffard (16/26, 157 verges) ont été ralenties par les nombreuses pénalités. C'est d'ailleurs cette même indiscipline qui a possiblement coûté le match aux visiteurs sur la dernière possession offensive des Diablos au quatrième quart. Quelques infractions plus tard, William Morin créait l'égalité.

Jacques Dussault ... (Andréanne Lemire) - image 2.0

Agrandir

Jacques Dussault 

Andréanne Lemire

Le paternel n'allait pas rater ça

Parmi les quelque 1400 spectateurs réunis au Stade Diablos, un homme était particulièrement attentif à tout ce qui se déroulait sur le terrain. Lui-même un ancien joueur des Rouges, Jacques Dussault s'est assuré de ne rien rater des débuts de son fils à la barre du programme de football du Cégep de Trois-Rivières.

Au terme du botté vainqueur, celui qui agit désormais comme analyste des matchs des Alouettes à l'antenne du réseau Cogeco était tout sourire. «Il y a 46 ans, je disputais mon premier match avec les Diablos. Alors de voir François sur les lignes de côté comme entraîneur-chef, c'est spécial. Dans notre famille, les Diablos ont toujours occupé une place spéciale dans nos coeurs», a commenté l'ancien entraîneur de la Machine de Montréal, des Carabins de l'Université de Montréal et des Alouettes de Montréal.

Évidemment, il est difficile pour Jacques Dussault de simplement s'asseoir dans les gradins pour regarder un match de football. L'esprit d'analyse n'est jamais bien loin. «Je suis encore capable d'être fatigant! J'ai particulièrement adoré sa gestion de la situation en prolongation pour réussir à fermer les livres», mentionne celui qui avait d'abord passé l'après midi à Ahunstic pour épier les Électriks de Shawinigan, où son autre fils, Jean-Michel, agit comme entraîneur-adjoint.

Les Électricks blanchis

Pendant ce temps, en troisième division du réseau collégial, les Électriks du Collège Shawinigan ont été blanchis 47-0 face aux Indiens du Collège Ahunstic à Montréal. Limitée à seulement 25 joueurs, la bande à Guy Bergeron a tenu le coup pendant pratiquement toute la première demie. Avec moins de cinq minutes à faire en première mi-temps, la marque était de 4-0 en faveur des Indiens. Les Électriks ont toutefois finalement retraité au vestiaire en retard 21-0.

Puis les représentants montréalais ont profité des réservoirs à sec de leurs rivaux pour creuser davantage l'écart. «Nous n'avons aucun blessé!», a lancé l'entraîneur Bergeron après le match. «Nous avons tenu le coup une bonne partie de la première mi-temps, l'offensive a connu quelques bonnes séquences. Mais en deuxième demie, on a plié. On n'avait plus de gaz», a-t-il indiqué, soulignant au passage le brio de son quart-arrière recrue Nathan Gélinas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer