Expérience gratifiante pour Philippe Gagnon

Philippe Gagnon a eu la chance d'assister à... (Photo courtoisie)

Agrandir

Philippe Gagnon a eu la chance d'assister à la finale du 200 mètres dans laquelle le Canadien Andre De Grasse a remporté la médaille d'argent, derrière le roi du stade Usain Bolt.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À sa troisième participation aux Jeux olympiques, comme bénévole au sein de la délégation canadienne, Philippe Gagnon a eu un regard complètement différent à Rio, par rapport à ses expériences à Londres et Sotchi.

«Je ne sais pas si c'est parce que j'en étais à mes troisièmes Jeux, mais j'ai vraiment eu un sentiment de gratitude. J'étais conscient d'être privilégié d'être aussi près de l'action. J'ai profité du moment présent et j'ai pris le temps de l'apprécier», de raconter le Saguenéen, convenant que de savoir comment la machine roule et le décor de la ville brésilienne ont contribué à cet état d'esprit.

À Rio, Philippe Gagnon avait la responsabilité du transport pour les médaillés canadiens, les dignitaires et les commanditaires un peu partout dans la ville et vers les sites de compétition, ce qui représentait tout un défi. Le bénévole pense tout de même que le trafic avait parfois le dos large alors que la culture est différente en Amérique du Sud et que la barrière de la langue compliquait les choses. «On avait beau dire aux gens de baisser leurs attentes par rapport au transport, des fois, c'était incontrôlable», de laisser savoir Philippe Gagnon, avouant que la deuxième semaine a été plus difficile du côté logistique. La présentation des épreuves de nage en eau libre et de triathlon sur la plage de Copacabana a causé d'importants bouchons de circulation.

Philippe Gagnon a pris soin d'afficher les couleurs... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Philippe Gagnon a pris soin d'afficher les couleurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean devant les anneaux olympiques.

Photo courtoisie

Dans son élément

Une chose est sûre, c'est que le mouvement olympique convient parfaitement à Philippe Gagnon. Pendant deux semaines, il retrouve un élément où il se sent bien. «Ça répond à ma personnalité d'avoir des attentes élevées et de travailler pendant 28 jours sans arrêt», de souligner l'ancien athlète paralympique qui a remporté quatre médailles à Sydney, en Australie.

«On s'est beaucoup interrogé lors des deux dernières semaines sur comment obtenir de bons résultats et les recettes pour y parvenir. C'est quelque chose qui m'a vraiment alimenté. Je suis passionné par le sport, je m'informe énormément et ça vient me chercher», affirme Philippe Gagnon, qui n'est pas certain d'être de la partie à Pyeongchang, en février 2018.

«Je ne sais pas. Être bénévole pour le Comité olympique canadien, c'est beaucoup d'investissement avec ma famille également. Je vais réévaluer tout ça», explique-t-il.

Pour conclure ses Jeux, Philippe Gagnon a assisté... (Photo courtoisie) - image 3.0

Agrandir

Pour conclure ses Jeux, Philippe Gagnon a assisté à l'épreuve masculine de cross-country en vélo de montagne, à Deodoro. Il a pu voir de près l'Almatois Léandre Bouchard.

Photo courtoisie

Moments marquants

Comme ancien nageur, on pourrait penser que le moment fort de Philippe Gagnon a été à la piscine, mais c'est plutôt un compatriote régional qui l'a «touché profondément». Le Saguenéen a vécu un moment particulier dimanche, dernière journée des Jeux olympiques, alors qu'il a pu assister à l'épreuve masculine du cross-country en vélo de montagne avec l'Almatois Léandre Bouchard au départ. Le résultat avait peu d'importance pour Philippe Gagnon, qui a même passé quelques minutes au début de la course avec l'entraîneur de Léandre, Jude Dufour. «Pour tout ce que ça représentait», annonce-t-il.

«Ce n'est pas seulement Léandre et Jude, mais aussi les bénévoles, les entraîneurs et les parents qui s'impliquent dans le Club Cyclone et qui tiennent ça à bout de bras», d'exprimer Philippe Gagnon qui a également eu la chance d'assister à la finale du 200 mètres dans laquelle le Canadien Andre De Grasse a remporté l'argent, derrière le roi du stade Usain Bolt.

«J'ai eu la chair de poule pendant plusieurs minutes et la deuxième place de De Grasse est vraiment venue boucler la boucle de ce moment fort», de faire valoir Philippe Gagnon, qui sera de retour au Québec mercredi matin, et à son bureau de l'Université du Québec à Chicoutimi, où il est responsable des sports, dès jeudi matin

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer