Un pari réussi pour l'Hippodrome 3R

La vedette mondiale Wiggle it Jiggleit et son... (Olivier Croteau)

Agrandir

La vedette mondiale Wiggle it Jiggleit et son conducteur Montrell Teague ont impressionné les amateurs dimanche à l'Hippodrome 3R, mais n'ont toutefois pas remporté la victoire.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le pari était osé. Faire venir un cheval parmi les meilleurs au monde à Trois-Rivières en offrant une bourse de 200 000 $ dans le but de faire croître la crédibilité du site. Mais les dirigeants de l'Hippodrome 3R n'ont pas raté leur coup.

Dimanche, le bâtiment situé face au boulevard des Forges était rempli comme à ses bonnes années pour ce troisième Prix d'été. On estimait qu'une foule de 5000 personnes s'est présentée pour assister aux 12 courses de la journée, et ce, malgré la pluie qui est tombée sur la région.

C'est la 10e course du programme qui a attiré davantage de gens à l'hippodrome, puisqu'on y retrouvait la bête de quatre ans Wiggle it Jiggleit, nommé cheval de l'année aux États-Unis l'année dernière et comptant plus de 3 M$ de gains en carrière. Un gros nom qui a permis à l'Hippodrome 3R de se retrouver sur les écrans partout en Amérique du Nord.

Son conducteur, Montrell Teague, se disait bien heureux de découvrir le tracé trifluvien pour la première fois, ajoutant que la bourse de 200 000 $ n'était pas la seule raison de sa venue en Mauricie.

«Lorsque mon père a fait l'horaire pour cette saison, d'autres courses s'offraient à nous, mais les gens d'ici ont été si gentils pour nous convaincre de venir. On essaye de faire voyager Wiggle it Jiggleit dans le monde pour le montrer.»

Les dirigeants du Club jockey du Québec (CJQ), propriétaire de l'Hippodrome 3R, étaient finalement bien heureux d'avoir pris un tel pari risqué pour attirer une telle bête. L'objectif premier, de faire connaître l'anneau trifluvien hors des frontières de la province, a été réussi.

«C'était risqué, mais ça porte des fruits en termes de visibilité. Nous avons des paris de l'extérieur du Québec, des endroits que nous n'avions jamais entendu parler. Mais ils sont attirés par Wiggle it Jiggleit et par les conducteurs de renom aussi. Ça nous permet de faire la promotion de nos activités», affirme le directeur général du CJQ, Vincent Trudel.

Les dirigeants ont d'ailleurs enregistré un record pour le pari mutuel lors de la journée, avec 175 000 $ en paris. Un résultat au-delà de l'objectif, qui était de 160 000 $.

Teague estime que des bourses comme celle de dimanche attireront assurément l'attention d'autres compétiteurs, et que l'Hippodrome 3R est dans le bon chemin pour permettre à l'industrie des courses de chevaux de retrouver ses lettres de noblesse.

«Un cheval comme lui, ça attire beaucoup de gens, parce qu'ils le connaissent. C'est certain que les gens se déplacent et les gros noms, c'est ce qui est bon pour notre industrie», dit l'Américain.

Wiggle it Jiggleit s'incline

Si la journée a été payante pour l'Hippodrome 3R, elle ne l'a toutefois pas été pour le cheval vedette de la journée, qui a été vaincu lors de la course principale par Rockin Ron, conduit par le Québécois Yannick Gingras, habituellement installé à New York mais qui avait fait le voyage afin d'être de l'événement.

Un duel qui a été remporté par une longueur de cheval, après que Rockin Ron ait pris l'avantage tôt dans la course et a été en mesure de garder Wiggle it Jiggleit, favori à 9 contre 1 pour l'emporter.

«C'était un show extraordinaire! C'est la preuve que dans un peloton, peu importe la situation, on ne connaît pas le résultat final. C'était toute une bataille», soulignait le directeur des opérations de l'hippodrome, François Carignan, bien heureux de voir qu'autant de gens s'étaient déplacés pour l'occasion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer