Un boxeur irlandais dénonce les juges «corrompus»

Le boxeur irlandais Michael Conlan a fait un... (Photo Jae C. Hong, AP)

Agrandir

Le boxeur irlandais Michael Conlan a fait un doigt d'honneur aux juges après sa défaite.

Photo Jae C. Hong, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Rio de Janeiro

Le boxeur irlandais Michael Conlan a crié à l'injustice après sa défaite en quart de finale des moins de 56 kg mardi aux Jeux olympiques de Rio, s'en prenant aux juges, «des corrompus».

Battu aux points par décision unanime des juges par le Russe Vladimir Nikitin, Conlan, 24 ans, a manifesté avec virulence sa désapprobation, tardant à descendre du ring et s'adressant ensuite aux arbitres.

«Ils m'ont volé mon rêve olympique», a assuré l'actuel champion du monde de sa catégorie, médaillé de bronze chez les moins de 52 kg à Londres en 2012.

«Les juges sont corrompus, c'est aussi simple que ça», a-t-il poursuivi. «Et la corruption va très loin».

Selon Conlan, son adversaire lui-même était «complètement surpris» de la décision des arbitres. «Il a exulté comme s'il avait gagné la médaille d'or», a-t-il relevé: «Vous pouviez voir à sa réaction qu'il ne pensait pas avoir gagné.»

L'Irlandais estime ainsi avoir «remporté facilement les deux premiers rounds». «Au troisième round, c'était probablement plus serré qu'au deuxième», a-t-il juste admis, en s'appuyant sur le soutien du public pour justifier sa colère.

«Vous ne pensez pas que si j'avais tort il m'aurait hué», a-t-il interrogé.

«C'était dur de se qualifier. Tous ceux qui sont là sont des boxeurs de qualité. C'était un adversaire de qualité aujourd'hui, mais il n'a pas gagné», a-t-il résumé, en assurant que son «opinion ne changerait pas» dans les prochains jours.

Sollicité, un porte-parole de l'Association internationale de boxe amateur, l'instance qui organise les épreuves aux JO, a répondu que l'AIBA faisait «tout son possible pour garantir l'égalité de traitement» entre les boxeurs.

«Ce qu'il a dit ne reposait sur aucun fondement. Mais il est libre de ses opinions», a souligné le porte-parole.

Lundi, le sacre chez les lourds du Russe Evgeny Tishchenko face au Kazakh Vassiliy Levit avait déjà suscité la controverse. Tishchenko avait été copieusement sifflé par le public après sa victoire par décision unanime des juges et lors de la remise des récompenses.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer