«Il ne faut pas compliquer les choses»

John Herdman... (Photo: AP)

Agrandir

John Herdman

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

L'entraîneur de l'équipe féminine canadienne de soccer, John Herdman, a l'habitude de ne rien laisser pour contre dans la préparation de son équipe.

Il a toutefois indiqué que son rôle, à l'aube du match de quarts de finale de vendredi contre la France, était bien simple.

«Comme entraîneur à ce point-ci, il faut seulement ne pas chambouler les choses, a-t-il déclaré. C'est vraiment ça. Il ne faut pas compliquer les choses. Il faut les simplifier. Tout est une question de confiance.

«Elles sont sur une lancée, elles sont en bonne forme, elles sont dans leur environnement.»

Avec des victoires contre l'Allemagne (no 2), l'Australie (no 5) et le Zimbabwe (no 93), les Canadiennes, classées dixièmes, s'amènent en quarts de finale au sommet de leur art. Plusieurs croyaient que ces Jeux avaient lieu trop tôt pour l'équipe, qui compte dans ses rangs plusieurs jeunes joueuses.

Neuf des 18 joueurs de la formation de Herdman sont nées en 1992 ou plus tard.

«Elles sont au début de leur carrière, a analysé Herdman. Pour les quatre à huit prochaines années, ces joueuses vont atteindre leur maturité tactique. Wow... Ça pourrait être une très bonne équipe.»

Il a ensuite pris une pause.

«En fait, ce l'est déjà», a-t-il lancé en riant.

La recette a fonctionné à la perfection alors que les Canadiennes ont le vent dans les voiles. Le Canada est à deux victoires de s'assurer d'une médaille.

«Nous sommes venues ici pour entendre notre hymne national, a commenté Herdman. Et c'est ce que nous voulons faire.»

Les talentueuses Françaises ont défait la Nouvelle-Zélande (no 17) et la Colombie (no 24), mais ont perdu contre les Américaines (no 1). Elles ont l'occasion de mettre un terme au tournoi des Canadiennes

Herdman a reconnu que son équipe était toujours au stade embryonnaire. «C'est un bon groupe, mais nous ne sommes qu'en quarts», a dit Herdman.

«Nous avons établi un plan ensemble il y a quatre ans pour atteindre notre plus haut niveau en ce moment. Il semble que le plan commence à rapporter, a-t-il ajouté. Nous ne sommes pas encore là. D'atteindre la finale sera une tâche assez ardue lorsqu'on regarde l'âge de l'équipe - que ce soit les joueuses de plus de 30 ans ou celles de moins de 20 ans. Ce n'est pas une équipe que l'on voyait sur le podium.»

Le gagnant du match entre le Canada et la France affrontera le gagnant de celui entre l'Allemagne et la Chine à Belo Horizonte, mardi. L'autre demi-finale mettra en vedette les États-Unis ou la Suède contre l'Australie ou le Brésil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer