Une coupe Stanley pour faire le deuil d'une carrière

Pascal Dupuis... (AP)

Agrandir

Pascal Dupuis

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Habituellement, la conquête de la Coupe Stanley précède la retraite. Mais pour l'ex-Cataractes de Shawinigan Pascal Dupuis, cette logique a été complètement bafouée au cours de la dernière année.

Forcé d'accrocher ses patins subitement en décembre, à l'âge de 36 ans en raison de problèmes de santé, l'attaquant des Penguins de Pittburgh a conclu une campagne 2015-16 chargée en émotions disparates en soulevant le précieux trophée des champions des séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey, le 12 juin dernier.

Évidemment, cette conquête n'avait pas la même saveur qu'au printemps 2009 pour le compagnon de trio de Sidney Crosby, mais permettait tout de même de mettre un baume sur une retraite pas nécessairement évidente à accepter.

«C'est différent cette fois-ci, car je n'ai pas joué. C'était déchirant de voir les gars sur la patinoire et ne pas pouvoir contribuer. J'avais commencé l'année avec eux et je leur souhaitais le meilleur. Moi, j'avais le rôle facile. J'étais un clown de luxe dans l'entourage de l'équipe... très bien payé!», mentionne le Lavallois aujourd'hui âgé de 37 ans.

Malgré tout, cette retraite conserve un petit goût amer pour Dupuis qui sent qu'il avait encore l'énergie et le talent pour évoluer dans la meilleure ligue sur la planète. Cependant, son état de santé était devenu trop précaire pour continuer.

«Le hockey me manque et va me manquer le reste de mes jours. Mais en même temps, il faut prendre soin de sa santé. Je prends encore de la médication tous les jours pour éclaircir mon sang.»

En 2014, il avait dû être opéré à deux reprises en raison de la présence de caillots de sang dans son système. Sa santé et son avenir ont donc eu le dessus sur sa carrière de hockeyeur qui aura duré 15 saisons dans la LNH, réparties entre les uniformes du Wild du Minnesota, des Rangers de New York, des Trashers d'Atlanta et des Penguins de Pittsburgh.

«Mon corps était encore capable de suivre et je l'ai prouvé en début de saison. Je serais encore capable de jouer et c'est ce qui a été le plus dur à accepter en prenant ma retraite. Je suis convaincu que si je me remets en forme, je suis capable de revenir au jeu l'année prochaine. Mais évidemment, ça n'arrivera pas.»

Le secret Crosby

Au fil des ans, nombreux sont les joueurs à avoir obtenu des auditions pour évoluer aux côtés du meilleur joueur de la planète, Sidney Crosby. Chaque fois, on se tournait finalement vers Dupuis pour compléter l'unité en compagnie de Chris Kunitz.

Pour Dupuis, il n'y avait pas de recette secrète. «C'est peut-être dû au fait que mes jambes et mon coup de patin étaient capables de le suivre. Je réussissais à faire le jeu assez vite pour le trouver. Avec lui, c'est simple, il veut scorer un but chaque fois qu'il saute sur la glace! Il suffit juste d'avoir la même mentalité, la même drive, la même intensité. Aussi, je pense que notre complicité en dehors de la glace a aidé à ce que ça clique sur la patinoire», a-t-il analysé humblement.

Encore chez les Penguins

Maintenant à la retraite, Dupuis a installé sa famille à Blainville. Cependant, il ne restera pas bien loin du moins du hockey au cours des prochains mois puisqu'un boulot l'attend chez les Penguins. L'attaquant avait encore un an à écouler à Pittsburgh et continuera donc de graviter au cours de l'organisation au cours de la prochaine campagne.

Quant à la possibilité de s'impliquer de près ou de loin avec une concession de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Dupuis ne ferme pas la porte. Mais il préfère prendre son temps et profiter du temps en famille.

«Il y a des côtés positifs d'être à la maison. J'ai quatre beaux enfants et une femme qui ne m'a pas encore mis dehors de la maison!», mentionne celui qui participera jeudi au tournoi de golf des Cataractes de Shawinigan.

Si jamais l'envie de s'investir dans le hockey junior devait lui prendre, il n'aura pas à chercher bien loin pour trouver une oreille attentive. Après tout, il y a certains visages bien familiers pour lui chez l'Armada... à quelques pas de chez lui!

Carrière de Pascal Dupuis dans la LNH

- 15 saisons 

- 968 matchs 

- 209 buts 

- 453 points

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer