Dopage: la Russie écope de nouveau

Le médaillé d'or des Jeux de Londres en... (AFP)

Agrandir

Le médaillé d'or des Jeux de Londres en K2 sur 200 m Alexander Dyachenko est l'un des noms qui s'ajoutent à la liste d'athlètes russes bannis des prochains Olympiques.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Au moins 105 athlètes de la délégation olympique russe qui en comptait initialement 387 ont été exclus des Jeux olympiques de Rio de Janeiro, en lien avec le scandale du dopage commandité par l'État.

Les fédérations internationales de canoë, de pentathlon moderne et de voile en ont écarté huit mardi, dont un médaillé d'or olympique. En plus des trois déjà sanctionnés en aviron, 19 autres ont subi le même sort. La natation a également puni quelques-uns de ses athlètes. Certains d'entre eux pourraient porter leur cause en appel.

Le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitry Peskov, a mentionné à un média russe que le président avait discuté du dossier du dopage sportif avec le Conseil de sécurité national.

«Les conséquences de la récente décision du Comité international olympique concernant des athlètes russes ont été soulevées avant la réunion prévue demain de Poutine avec l'équipe olympique russe», a-t-on cité Peskov.

La plupart des Russes qui seront bannis des JO proviennent de l'athlétisme. Soixante-sept d'entre eux ont été écartés lorsque le Tribunal arbitral du sport (TAS) a maintenu la suspension de l'équipe russe d'athlétisme la semaine dernière.

D'autres ont également été écartés en raison des nouvelles règles imposées par le Comité international olympique (CIO) à la suite du scandale de dopage généralisé qui a frappé de plein fouet la Russie.

La Russie a évité l'exclusion totale des JO par le CIO, mais elle a perdu de nombreux espoirs de médaille en vertu des nouvelles règles qui ont été établies par le CIO dimanche. Désormais, les athlètes russes qui ont déjà été pris pour dopage sportif sont automatiquement exclus des JO.

Parmi eux se trouvent notamment le champion olympique Alexander Dyachenko et quatre autres canoéistes russes, qui ont été exclus des Jeux de Rio après avoir été nommés dans un rapport publié récemment en lien avec le scandale du dopage commandité par l'État et ses tentatives de dissimulation.

La Fédération internationale de canoë (ICF) a déclaré mardi que ces cinq athlètes avaient été identifiés la semaine dernière dans le rapport de l'enquêteur de l'Agence mondiale antidopage, Richard McLaren, qui a expliqué en détails comment des représentants du gouvernement russe sont intervenus pour dissimuler des centaines de tests antidopages positifs.

Le Comité international olympique (CIO) a refusé dimanche d'exclure totalement la Russie, mais il a également établi de nouvelles règles qui stipulent que si un athlète russe a déjà été sanctionné ou s'il a été identifié dans le rapport McLaren, alors il ne peut participer aux JO.

L'ICF a ajouté que la Russie ne pourra aligner d'embarcations dans les quatre épreuves dans lesquelles les athlètes exclus étaient inscrits. L'Autriche, l'Allemagne, la Suède et l'Iran recevront plutôt les laissez-passer.

La Fédération internationale de voile a mentionné que Pavel Sozykin, qui était inscrit dans la classe 470, serait exclu puisqu'il a été évoqué dans le rapport McLaren. Les six autres marins russes ont reçu l'approbation, ce qui signifie que le pays pourra envoyer un remplaçant pour Sozykin, a précisé la fédération.

Entre-temps, l'Union internationale de pentathlon moderne (UIPM) a identifié les deux athlètes russes qui ont été suspendus comme étant Maxim Kustov et Ilya Frolov, précisant qu'ils avaient été nommés dans le rapport McLaren.

Trois athlètes russes ont également été punis en aviron. Ivan Podshivalov et Anastasia Karabelshchikova ont été sanctionnés en raison de leurs antécédents en matière de dopage, tandis que Ivan Balandin, qui fait partie du huit de pointe russe, a été identifié dans le rapport McLaren, a précisé la Fédération internationale des sociétés d'aviron.

D'autre part, le joueur de volleyball Alexander Markin a confié à un média local qu'il avait été exclu en raison d'un test antidopage positif au meldonium réalisé plus tôt cette année. La Fédération internationale de volleyball n'a pas immédiatement commenté la situation.

La liste des athlètes russes qui ont été approuvés par les diverses fédérations internationales doit encore recevoir l'aval des juges du TAS, qui peuvent refuser des athlètes qui n'ont pas été soumis à des tests antidopages à l'extérieur de la Russie.

Le CIO a refusé des tests réalisés par des agences russes en raison des preuves démontrant que le processus a été bafoué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer