• Le Nouvelliste > 
  • Sports 
  • > Le dopage sportif est encore présent dans les pays satellites de la Russie 

Le dopage sportif est encore présent dans les pays satellites de la Russie

La Russie a poussé un soupir de soulagement... (photo J.P ENGELBRECHT, archives AFP)

Agrandir

La Russie a poussé un soupir de soulagement après la décision du CIO de ne pas exclure le pays des Jeux olympiques de Rio.

photo J.P ENGELBRECHT, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Pendant que le scandale du dopage sportif en Russie menace de devenir le principal sujet de conversation aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, d'autres pays en profitent pour passer inaperçus en dépit du fait qu'ils partagent l'héritage trouble du défunt programme sportif de l'Union des républiques socialistes soviétiques.

Des pays tels que le Bélarus, le Kazakhstan et l'Ukraine récoltent plus que leur juste part de médailles olympiques, mais leur vaste recours aux drogues de performance, leur système de dépistage erratique et leurs antécédents en matière d'obstruction politique suscitent leur lot de préoccupations.

Outre la Russie, plus de 80 médailles, dont 22 d'or, ont été octroyées à d'ex-républiques socialistes soviétiques aux Jeux de Londres en 2012, même si certaines d'entre elles ont éventuellement été reprises après que des athlètes eurent échoué à des tests antidopages. Certes, aucune d'entre elles n'est une puissance dans un sport en particulier, mais leurs exploits collectifs leur permettent de rivaliser avec la Russie au tableau des médailles, sans toutefois recevoir autant d'attention.

La Russie connaît «du succès et il y a un problème», a déclaré le chercheur sportif Sergeï Iljukov, un expert au sein de l'Agence antidopage estonienne. «Ces pays-là n'ont pas autant de succès, mais ils ont aussi leurs problèmes, sauf qu'ils sont dans l'ombre», a-t-il ajouté.

La Biélorusse Nadzeya Ostapchuk a gagné l'or olympique au lancer du poids à Londres en ayant notamment recours à la méténolone énanthate - un type de stéroïde interdit -, mais les festivités entourant sa victoire n'ont duré qu'une semaine après que les résultats des tests en laboratoire eurent été diffusés. En conséquence, elle a perdu sa médaille.

Des athlètes de six autres pays satellites - l'Ukraine, le Kazakhstan, l'Arménie, la Moldavie, l'Ouzbékistan et l'Azerbaïdjan - dont au moins cinq médaillés d'or, ont été testés positifs aux drogues de performances lors des Jeux de Pékin en 2008 et de Londres en 2012, incluant la nouvelle série de tests réalisés plus tôt cette année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer