Estephan veut une rivalité avec GYM

Éric Lucas et Jean Bédard, d'Interbox, en compagnie... (Eye of the Tiger Management)

Agrandir

Éric Lucas et Jean Bédard, d'Interbox, en compagnie de Camille Estephan et Antonin Décarie, d'Eye of the Tiger Management.

Eye of the Tiger Management

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

En faisant l'acquisition du groupe Interbox, Eye of the Tiger Management compte bien mousser l'intérêt des Québécois pour la boxe en créant une rivalité avec l'autre grande organisation de boxe de la province, le Groupe Yvon Michel.

«À l'époque, est-ce que quelqu'un s'est plaint de la rivalité entre le Canadien et les Nordiques?» s'est questionné le président d'EOTTM, Camille Estephan, à l'occasion d'une conférence de presse tenue mercredi pour officialiser la vente d'Interbox à son groupe.

Il ne faut toutefois pas voir dans cette boutade la volonté d'Estephan de polariser le monde de la boxe au Québec. Loin de là.

Le principal intéressé a assuré que l'achat d'Interbox - une transaction évaluée à 150 000 $, selon La Presse+ - n'allait pas entraîner une lutte territoriale entre Québec et Montréal, même si GYM a signé au début du mois de juin un partenariat de trois ans avec le groupe Gestev, qui est responsable de la gestion des événements au Centre Vidéotron.

«Est-ce que Yvon Michel va organiser des galas à Montréal? Possiblement. Est-ce que je vais organiser des galas à Québec? Possiblement. Ce n'est pas territorial. C'est tout simplement une question de disponibilité de l'amphithéâtre, a évoqué l'homme d'affaires d'origine libanaise. Toutes mes décisions seront basées sur ce qui est préférable pour les boxeurs et les amateurs de boxe du Québec. Si je dois faire des affaires avec Yvon Michel pour y parvenir, alors je n'y vois pas de problème.»

En ce sens, Estephan n'a pas caché qu'il aimerait bientôt pouvoir organiser le combat tant attendu entre son nouveau poulain, Jean Pascal, et le boxeur vedette de GYM, Adonis Stevenson.

«Vous me connaissez, j'ai toujours voulu organiser des combats locaux, a rappelé Estephan. (...) Je pense que les gens veulent voir ce combat-là (Pascal-Stevenson), ce serait l'un des plus grands combats locaux qu'on pourrait organiser. Est-ce qu'on peut le réaliser? Ça dépend. Il faut s'assurer que Jean et Adonis soient heureux là-dedans, tout comme Yvon Michel et moi, ainsi que les réseaux de télévision. Un jour, j'espère qu'on pourra livrer ça, c'est sûr.»

Entre-temps, s'il souhaite concrétiser ce combat, Estephan devra régler les frictions entre Michel et lui. En février 2015, GYM avait notamment déposé une poursuite, en Cour supérieure du Québec, pour des dommages de 1,35 million $ contre Estephan et le boxeur David Lemieux, et celle-ci s'est réglée hors cour en mai dernier.

La vente d'Interbox à EOTTM comprend les droits des trois derniers boxeurs sous contrat avec Interbox, soit Pascal, Junior Ulysse et David Théroux, ce qui signifie que la nouvelle entité compte maintenant 13 boxeurs sous contrat. Les agents de promotion Éric Lucas et Ian Edery font également partie de la transaction.

Estephan a ajouté que la bannière Interbox ne disparaîtra pas du paysage pugilistique québécois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer