Le drapeau russe banni?

Lors des Jeux de Sotchi, pas moins de... (Photo Jim Young, archives Reuters)

Agrandir

Lors des Jeux de Sotchi, pas moins de 15 médaillés olympiques russes ont triché, selon les révélations d'un ancien responsable de l'antidopage russe.

Photo Jim Young, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Toronto

Le leader des efforts américains de lutte au dopage dit que si un rapport à venir est aussi accablant que prévu, il deviendrait impératif de rayer le drapeau russe des Jeux olympiques du mois prochain, à Rio.

Ce rapport attendu lundi devrait inclure des détails sur le dossier du ministre des sports de la Russie décidant, parmi les tests échoués, lesquels dévoiler et lesquels camoufler.

Si le rapport contient ce genre d'infos, Travis Tygart, chef de la direction de l'Agence américaine anti-dopage, se rangerait derrière le compromis de l'IAAF: l'équipe russe serait bannie mais au cas par cas, des athlètes pourraient être de l'Olympiade sous un drapeau neutre, s'ils arrivent à montrer patte blanche.

À la suite d'un article du New York Times en mai, l'Agence mondiale antidopage a donné à Richard McLaren le mandat d'enquêter sur un système russe qui serait mené par Moscou et qui aurait aidé les athlètes du pays à tricher pour atteindre les podiums à Sotchi, il y a deux ans.

Peu après la publication de cet article, Thomas Bach, qui préside le CIO, a écrit un éditorial dans le USA Today. «S'il y avait preuve d'un système organisé touchant d'autres sports, les fédérations internationales et le CIO auraient un dur choix à faire entre responsabilité collective et justice individuelle», a-t-il écrit.

Une enquête préalable menée par Dick Pound, ancien leader de l'AMA, a focalisé sur l'athlétisme russe. Celle de McLaren doit se pencher sur tous les sports.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer