En préparation olympique à Shawinigan

Mark Oldershaw... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Mark Oldershaw

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) À un mois de son vol qui doit le mener à Rio de Janeiro pour participer aux Jeux olympiques, Mark Oldershaw s'est offert un bain de foule mauricien ce week-end alors qu'il a participé la Coupe Canada présentée à Shawinigan.

Pour le médaillé de bronze de Londres 2012, le résultat de ses courses sur la rivière Saint-Maurice importait peu. C'est d'abord et avant tout pour garder la forme et s'amuser qu'il a accepté de participer à l'événement.

«Pour moi, c'est la saison des courses. Je veux ramer! Il n'y a pas beaucoup d'occasions de compétitionner avant les Jeux alors l'événement cadrait parfaitement dans ma préparation», mentionne le canoéiste de 33 ans.

«En plus, c'est tellement plaisant de participer à ce genre de rendez-vous, avec tous les jeunes qui sont présents. Il y a beaucoup moins de pression ici, on rame pour s'amuser!»

En bout de ligne, l'Ontarien originaire de Burlington a remporté de justesse une des épreuves les plus attendues de la compétition (C1-1000 m), six dixièmes de secondes devant Paul Bryant. En tout, il a bouclé le week-end avec cinq médailles d'or en six courses.

Au-delà de ses victoires, Oldershaw se disait épaté par la qualité des installations shawiniganaises. «J'étais venu visiter l'endroit pendant l'hiver avec Gabriel (Beauchesne-Sévigny). C'est vraiment un très beau parcours, c'est impressionnant.»

Un podium dans la mire

Dans quelques semaines, sur le bassin brésilien, Oldershaw aimerait pouvoir accrocher une deuxième médaille olympique à son cou.

De son propre aveu, il est au sommet de sa condition physique et les attentes sont assurément grandes.

«Je suis très excité de partir là-bas. Connaissant la culture brésilienne, je m'attends à ce que ce soit une compétition très festive. Pour ce qui est de ma course, je vise le podium. Je rame présentement mieux qu'à n'importe quel autre moment de ma carrière.»

Quant aux différentes histoires peu élogieuses qui défraient la manchette depuis quelques mois au sujet de Rio de Janeiro, Oldershaw indique ne pas se faire de mauvais sang.

«À chaque Jeux, on entend des choses sur les endroits qui organisent la compétition. Je me concentre sur mon épreuve et je fais confiance aux responsables qui vont encadrer notre expérience là-bas. Je ne m'inquiète pas avec tout ce qu'on raconte sur Rio», indique celui qui en sera à ses troisièmes Jeux olympiques, après Londres 2012 et Pékin 2008.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer