Le rêve olympique d'Elissa Alarie s'évapore 

Elissa Alarie... (Archives AFP)

Agrandir

Elissa Alarie

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À peine de retour avec l'équipe nationale de rugby féminin depuis quelques semaines, après avoir passé un an sur la touche en raison d'une grave blessure à un genou, Elissa Alarie a encaissé un choc brutal vendredi alors qu'elle n'a pas été retenue parmi le contingent de 12 joueuses qui représentera le Canada aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro.

Pour la Trifluvienne de 30 ans, la nouvelle a été difficile à digérer puisqu'elle croyait avoir suffisamment impressionné l'état-major de la fédération canadienne pour mériter un poste tant convoité pour le Brésil. «C'est décevant. J'ai tout fait en mon possible et je pensais sincèrement avoir ma place avec ce que j'ai démontré avec l'équipe avant et après ma blessure. Mais je ne contrôle pas le processus de sélection...», a-t-elle indiqué en entrevue téléphonique avec Le Nouvelliste, depuis Vancouver où sont situés les quartiers généraux de Rugby Canada.

«Je tiens quand même à féliciter toutes mes coéquipières qui ont été choisies et tout le monde qui me soutient dans mon aventure.»

Remise d'une blessure à un ligament croisé antérieur subie en mai 2015, la demie de mêlée avait quand même bien fait lors de son retour à la compétition internationale, réussissant même à s'inscrire au pointage en plus de se démarquer en défensive. «J'ai marqué des essais. J'ai eu 90 % d'efficacité dans mes placages. J'ai battu le record d'équipe lors des tests de condition physique. Je suis plus rapide et plus forte que jamais. Mais ma dernière performance des Séries mondiales remonte à Londres en mai 2015...»

Visiblement, ce ne fut donc pas suffisant aux yeux de l'entraîneur John Tait, qui a réservé quelques surprises dans la composition finale de son alignement olympique. Alarie n'est d'ailleurs pas la seule figure connue à ne pas avoir été invitée à Rio pour le premier tournoi olympique de rugby à 7 depuis 1924. La prolifique Magali Harvey a aussi été ignorée, tout comme Sara Kaljuvee, une joueuse qui prenait de plus en plus de place au sein de l'équipe nationale.

Au total, trois Québécoises auront mérité un poste parmi les 12 heureuses canadiennes: Karen Paquin (Québec), Bianca Farella (Montréal) et Natasha Watcham-Roy (Gatineau).

«Je pense que le monde du rugby en général est surpris de la sélection. L'entraîneur a voulu y aller avec de la jeunesse et il pense avoir choisi un 12 qui pourra performer à Rio», analyse celle qui avait grandement aidé le Canada à décrocher la médaille d'argent lors de la Coupe du monde de rugby à 15 en 2014.

Lors du tournoi olympique de Rio, qui se déroulera du 6 au 8 août, le Canada se frottera au Japon, au Brésil et à la Grande-Bretagne en ronde préliminaire dans le groupe C.

Un mince espoir

Malgré l'amère déception d'avoir été écartée, la Trifluvienne garde toujours espoir d'embarquer dans l'avion qui mènera les Canadiennes aux Jeux de Rio. Son nom a en effet été inscrit sur une liste de réserve en compagnie de trois autres coéquipières (Harvey, Kaljuvee et Julia Greenshields).

À la fin du mois, deux d'entre elles seront choisies pour participer au pré-camp olympique d'Équipe Canada. L'entraîneur John Tait décidera ensuite s'il amène une ou deux joueuses sur l'équipe de réserve à la grand-messe du sport amateur. Une fois à Rio, une blessure pourrait ouvrir la porte à l'une ou l'autre des réservistes dans l'alignement officiel.

«Ça va me prendre quelques jours pour digérer le tout. Mais je crois encore en moi. Je vais continuer à aller de l'avant et pratiquer avec l'équipe. Je pense encore que je peux aider le Canada à remporter la médaille d'or à Rio», souligne-t-elle, avec une vive déception dans la voix.

Si jamais son rêve devait s'évaporer complètement, elle devra ensuite regarder ses options pour le futur avec l'équipe nationale puisque le Canada participera la Coupe du monde de rugby à 15 à l'été 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer