De grandes attentes pour Bergeron et les Bruins

Patrice Bergeron a fait un arrêt à Saint-Louis-de-France... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Patrice Bergeron a fait un arrêt à Saint-Louis-de-France jeudi pour peaufiner son coup de patin en compagnie de Julie Robitaille.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Il y avait de la grande visite au Complexe sportif de Saint-Louis-de-France jeudi après-midi. L'attaquant des Bruins de Boston, Patrice Bergeron, était de passage dans le secteur trifluvien, afin de profiter des judicieux conseils de Julie Robitaille et de son école de Power Skating.

Le Québécois, qui fait figure de tête d'affiche pour l'académie de hockey depuis plusieurs années, se dit enchanté de pouvoir servir de modèle aux jeunes hockeyeurs de la province.

«Le hockey a toujours été une passion pour moi. En tant que Québécois, c'est important de participer à de tels événements et de rencontrer les jeunes.» Bergeron, qui fait partie de l'élite de son sport, ne se cache pas pour vanter les mérites du camp de perfectionnement auquel il prend part depuis maintenant 11 ans. «Je travaille avec Julie et son équipe à chaque été. Ça me permet de peaufiner mon coup de patin, de faire des petits ajustements qui peuvent me permettre de m'améliorer et de ne pas prendre de mauvais plis.»

Il y a fort à parier que Bergeron dit vrai. Celui qui est considéré comme un des joueurs les plus complets de la Ligue nationale de hockey a établi un sommet personnel avec 32 buts la saison dernière. Le patineur de L'Ancienne-Lorette espère poursuivre sur cet élan à l'amorce du calendrier en octobre prochain.

«C'est toujours bon pour la confiance de contribuer au succès offensif de son équipe. J'aime rappeler aux gens que je ne suis pas uniquement fiable dans ma propre zone», ajoute le triple récipiendaire au Trophée Selke, remis annuellement au meilleur attaquant défensif du circuit.

Des attentes élevées à boston

Les attentes seront certainement élevées chez les Bruins cette année. Après avoir participé aux séries éliminatoires de 2008 à 2014, la formation bostonienne a été écartée de la grande danse du printemps au cours des deux dernières campagnes.

Bergeron est confiant que les rivaux du Canadien sauront rebondir, notamment avec l'arrivée de l'attaquant David Backes. L'ancien capitaine des Blues s'amène à Boston après avoir passé les dix premières saisons de sa carrière à St-Louis.

«Pour nous, il s'agit d'une très belle acquisition, c'est un joueur qui cadre beaucoup avec notre identité, il est très physique. St-Louis a un système de jeu très similaire au nôtre, il ne devrait pas avoir de difficulté à s'acclimater. Nous sommes très heureux de son arrivée, il va amener beaucoup de leadership», ajoute Bergeron.

Subban ou Weber?

Bergeron a eu la chance d'évoluer avec P.K. Subban et Shea Weber lors des Jeux olympiques de Sotchi en 2014. Le joueur de centre de 30 ans a donc pu voir à l'oeuvre les deux défenseurs de près à maintes reprises. Questionné à savoir lequel des deux arrières était le plus difficile à affronter, Bergeron répond que le choix est plutôt difficile.

«Les deux possèdent tout un tir à la base, mais sont très différents. Shea (Weber) est difficile à contrer en raison de son jeu physique, il ne commet pas beaucoup d'erreurs. P.K (Subban) a un peu plus d'habiletés offensives. Il est plus imprévisible, notamment en sortie de zone.»

Bergeron aura la chance de découvrir davantage le nouveau défenseur du tricolore puisque les deux joueurs porteront les couleurs de l'unifolié lors de la Coupe du monde de hockey qui aura lieu au Canada en septembre. Le numéro 37 des Bruins a d'ailleurs bien hâte d'y prendre part.

«Ça fait 12 ans qu'il n'y a pas eu de Coupe du monde. Tous les meilleurs joueurs de la planète seront présents. Ça risque d'être tout un tournoi!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer