Euro 2016: de coéquipiers à ennemis

Cristiano Ronaldo... (AP)

Agrandir

Cristiano Ronaldo

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Lyon, France

Quand le Portugal et le pays de Galles s'affronteront pour une place en finale du Championnat d'Europe de football, les amateurs s'attendront à ce que deux joueurs ressortent du lot.
Cristiano Ronaldo et Gareth Bale, coéquipiers au sein du Real Madrid et les joueurs les plus dispendieux de leur époque, porteront les espoirs de leur nation respective mercredi soir, au stade de Lyon.

Gareth Bale... (AP) - image 1.0

Agrandir

Gareth Bale

AP

Aucun des 48 affrontements précédents à l'Euro 2016 n'a opposé deux joueurs au tel statut de super vedette et ayant une telle importance pour leur club.

Comme il se doit, l'enjeu du match ne pourrait pas être plus important. Le vainqueur méritera sa place pour la finale du 10 juillet, contre soit l'Allemagne, championne du monde en titre, ou la France, pays hôte de la compétition. «Ce sont deux des meilleurs joueurs de la planète, a admis le sélectionneur gallois, Chris Coleman. Je ne pense pas qu'ils se feront des cadeaux par contre. Nous savons ce qui est en jeu. L'amitié devra attendre après la rencontre.»

Il y a moins de six semaines, Ronaldo et Bale ont célébré la conquête d'un deuxième titre de la Ligue des Champions en trois saisons ensemble au Real Madrid.

Depuis qu'il s'est joint au club espagnol à la suite d'un transfert record de 132 millions d'euros - qui brisait alors la marque établie par le Real pour l'obtention de Ronaldo -, Bale a toujours joué le rôle de faire-valoir à celui qui a remporté trois fois le titre de joueur de l'année. Ce match à Lyon offre maintenant à Bale l'occasion de défier cette hiérarchie. Une bonne performance de l'un des deux pourrait d'ailleurs faire pencher le vote pour le Ballon d'Or en sa faveur.

Bale a connu un meilleur tournoi que Ronaldo jusqu'ici. Le Gallois fait partie des meilleurs buteurs de la compétition avec trois buts, dont deux sur coups francs. Seul le Français Antoine Griezmann, avec quatre, le devance.

Le pays de Galles a également le vent dans les voiles à la suite de la plus importante victoire de son histoire, alors qu'il est venu de l'arrière pour battre la Belgique 3-1.

Ce qui est encore mieux pour Coleman, c'est que ses joueurs ont su surmonter ce déficit sans l'apport de Bale. Le capitaine Ashley Williams a amorcé la remontée, complétée par Hal Robson-Kanu et Sam Vokes. Cette victoire a permis au pays de Galles de devenir l'équipe négligée des partisans à la suite de l'élimination de l'Islande par la France, dimanche.

Il s'agit du dernier plateau atteint par le pays de Galles, qui ne faisait pas partie des 100 meilleures nations au monde il y a quatre ans. Bale a inscrit sept buts pour permettre au pays de Galles de se qualifier pour son premier tournoi majeur depuis la Coupe du monde de 1958. Une fois rendu en France, il a déjoué tous les pronostics en terminant devant ses voisins anglais au sommet de son groupe. Il est ensuite devenu le premier pays à atteindre les demi-finales du tournoi à sa première participation depuis la Suède, en 1992.

Le pays de Galles a affiché une forme splendide dans ce tournoi. Avec ses 10 buts, seule la France a marqué plus souvent jusqu'ici et ces deux nations sont les seules à avoir gagné quatre matchs sans avoir recours aux tirs au but.

Le Portugal a emprunté un tout autre chemin pour atteindre sa quatrième demi-finale à ses cinq derniers tournois. Il s'est faufilé dans la ronde des 16 avec trois verdicts nuls, avant de l'emporter en prolongation contre la Croatie, puis en tirs de barrage face à la Pologne.

En cinq matchs et plus de huit heures de jeu, le Portugal n'a eu l'avance que pour un total de 22 minutes à l'Euro 2016.

L'un des gros problèmes du Portugal a été la performance de Ronaldo jusqu'ici, bien en deçà de ce qu'il offre habituellement. Ses deux buts contre la Hongrie sont ses deux seules réussites. Si Bale mène tous les joueurs du tournoi avec 13 tirs cadrés, Ronaldo mène quant à lui la colonne des tirs hors cible, avec 14. «Si Cristiano Ronaldo ne marque pas, ça ne veut pas dire qu'il joue mal ou ne fait rien de bien, l'a défendu le sélectionneur Fernando Santos. Cristiano Ronaldo est un capitaine exemplaire. Il fait de l'excellent travail. Il veut gagner.»

Si jamais Ronaldo devait marquer, il rejoindrait ainsi Michel Platini, qui a marqué neuf buts en Championnat d'Europe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer