Bournival n'a pas été surpris

Michaël Bournival n'était pas surpris de ne pas... (Archives, La Presse)

Agrandir

Michaël Bournival n'était pas surpris de ne pas recevoir d'offre du Canadien.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La décision du Canadien de Montréal de ne pas soumettre d'offre qualificative à Michaël Bournival n'a pas surpris le patineur de Shawinigan. Il s'y attendait.

C'est ce qu'a admis son agent Christian Daigle lors d'une entrevue avec Le Nouvelliste mercredi.

«On n'avait pas d'attentes du tout. Ça ne nous a pas surpris que le Canadien veuille prendre une autre direction. On accepte la situation et on regarde en avant. On veut repositionner Michaël dans une organisation où il pourra refaire son chemin vers la Ligue nationale», mentionne Daigle.

L'ancien capitaine des Cataractes ne l'a pas eu facile dans les dernières années, ennuyé par des commotions cérébrales qui ont grandement ralenti sa carrière. Lors de la saison 2014-2015, il avait disputé 29 matchs avec le Tricolore avant d'être victime d'une commotion cérébrale. Selon plusieurs médias, il aurait d'ailleurs joué malgré des étourdissements.

Rétrogradé dans la Ligue américaine, il a chaussé les patins lors de 12 rencontres avant de devoir déclarer forfait pour le reste de la saison. Cette absence due aux symptômes d'une commotion cérébrale s'est poursuivie jusqu'en décembre dernier, quand il a finalement disputé un premier match avec les IceCaps de Saint John's, club-école du Tricolore. Il a finalement pris part à 20 rencontres avant de se retrouver de nouveau à l'infirmerie aux prises avec les mêmes ennuis de santé.

Daigle indique toutefois que les ennuis de santé de son client sont du passé. Bournival est à l'entraînement intensif au CAPS de l'UQTR et sera assurément prêt pour le camp d'entraînement à l'automne prochain.

Encore faut-il que l'attaquant de 24 ans se trouve une nouvelle niche. Des pourparlers ont été tenus avec quelques équipes de la Ligue nationale et le camp Bournival espère en venir à une entente dans les prochaines semaines. C'est par la Ligue américaine que ce retour au jeu s'amorcera. Pas question de se tourner vers le Vieux Continent.

«Nous n'avons pas de discussions pour l'Europe. Je ne lâche pas le morceau, je crois sincèrement qu'il est capable d'aider un club dans la Ligue nationale et nous nous concentrons là-dessus. Il reste à voir si ce sera un chemin court ou long.»

La carrière de Bournival dans l'organisation du CH aura été de quatre ans, lui qui avait été acquis de l'Avalanche du Colorado en 2010 en retour de Ryan O'Byrne. Il ne garde aucune amertume malgré le dénouement des derniers jours.

«On est très reconnaissant de son séjour avec le Canadien. Il a eu la chance de jouer avec l'équipe de son enfance, celle qu'il regardait à la télévision. C'est un honneur pour lui d'avoir porté ce chandail. C'est le Canadien qui lui a donné sa première chance dans la LNH et il en garde de très bons souvenirs. Mais ça fait partie de la réalité de la vie d'un athlète de voir une équipe changer ses plans», conclut Daigle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer