Olivier Mantha invité par les Jets de Winnipeg

Même s'il n'évoluait pas pour l'équipe la plus... (Photo: Sam Wasson)

Agrandir

Même s'il n'évoluait pas pour l'équipe la plus compétitive de sa section, le gardien de but Olivier Mantha a affiché de bonnes statistiques en 2015-16 dans l'uniforme des Seawolves de l'Université de l'Alaska à Anchorage.

Photo: Sam Wasson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Olivier Mantha a gagné son pari.

Ses performances inspirées dans le circuit de la NCAA lui ont valu une invitation au camp de développement des Jets de Winnipeg, qui s'amorce ce samedi dans la capitale du Manitoba.

Le gardien de but originaire de La Tuque se révèle comme l'un des joueurs les plus utiles à son équipe des Seawolves de l'Université de l'Alaska depuis deux ans. Évoluant dans une division compétitive aux États-Unis, il a la chance d'affronter des hockeyeurs en provenance de programmes renommés, notamment dans les États du Michigan et du Minnesota.

Mantha a terminé la campagne 2015-16 avec un pourcentage d'efficacité de ,903, une moyenne de buts alloués de 2,88 et plus de 1800 minutes de jeu, tout ça en 32 départs (10-18-3) avec un club plus ou moins compétitif.

«J'étais au courant depuis le mois de mai», souriait l'ancien cerbère des Dragons du Collège Laflèche, en entrevue téléphonique au Nouvelliste mercredi. «Le recruteur des Jets dans les universités américaines m'a lâché un coup de fil et nous avons officialisé le tout. Je pars à Winnipeg pour une semaine ce samedi.»

Bon nombre de recruteurs ont pu scruter ses faits et gestes devant le filet des Seawolves ces deux dernières saisons. Aucun doute que le Latuquois a su laisser une bonne impression.

En novembre dernier, dans un autre entretien avec Le Nouvelliste, Mantha avait laissé savoir qu'il visait une invitation à un camp de développement pour l'été 2016. Il peut donc dire mission accomplie, quoiqu'il lui reste encore du chemin à faire avant d'arriver à son but ultime de jouer chez les professionnels. Il a encore deux années d'éligibilité dans les rangs universitaires.

«Je m'en vais là-bas pour apprendre. Si les Jets m'offrent un contrat, je serais très heureux, mais je n'y pense pas pour le moment.»

Mantha accumule les distinctions depuis ses débuts dans la NCAA. Nommé joueur par excellence pour les honneurs hebdomadaires à quelques reprises, il a aussi été sacré joueur le plus utile aux Seawolves. L'étudiant en mathématiques connaît autant de succès sur les bancs d'école.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer