La chaleur n'a pas eu raison des triathlètes

Sarah Casaubon et Steeve Carpentier ont décroché un... (Courtoisie)

Agrandir

Sarah Casaubon et Steeve Carpentier ont décroché un podium au Ironman 70.3 de Mont-Tremblant, dimanche dernier.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La chaleur suffocante et le parcours accidenté n'ont pas eu raison de la ténacité des triathlètes de la Mauricie et du Centre-du-Québec, dimanche, au Ironman 70.3 de Mont-Tremblant.

Plus de 30 femmes et hommes de fer ont complété l'éreintante épreuve (1,9 km de natation en eau libre, 90 km de vélo et 21,1 km de course à pied), disputée dans des conditions rappelant celles qui prévalent lors du Championnat mondial Ironman, disputé chaque année à Hawaii.

Ces facteurs n'ont pas empêché les triathlètes d'ici d'enregistrer d'excellents résultats. Virginie Dufresne (18-24 ans), Sarah Casaubon (25-29 ans) et Victor Larocque (25-29 ans) ont tous remporté les honneurs de leur classe respective chez les amateurs. Larocque a été particulièrement fumant, compilant le 14e meilleur résultat chez les hommes, le 16e au total.

Casaubon, qui avait connu une saison difficile l'an dernier en raison des blessures, a franchi le fil d'arrivée au 11e rang du côté des femmes. Quant à Dufresne, ses entraîneurs ont noté une nette amélioration dans les trois sports de la discipline.

Steeve Carpentier (45-49 ans) et Antoine Matteau (25-29 ans) ont terminé sur la troisième marche du podium alors que Michel Gervais (60-65 ans) a conclu la compétition en deuxième place au sein de sa catégorie.

Chez les pros, Stéphanie Roy, une étudiante de l'UQTR s'entraînant à Trois-Rivières, s'est imposée en prenant le premier rang chez les Québécoises, le troisième chez les Canadiennes.

«Avec la chaleur et la déshydratation, plusieurs triathlètes ont dû composer avec des claquages», explique l'entraîneure au club Trimégo Isabelle Gagnon, pas peu fière des résultats obtenus par ses membres, ceux du club TriNergie de Shawinigan, des Zéclairs de Nicolet ainsi que de ceux qui ne sont pas affiliés à l'un ou à l'autre des trois clubs de la région.

«Surtout avec le degré de difficulté du Ironman 70.3 de Tremblant. La transition entre la natation et le vélo est longue et aucun secteur n'est plat en vélo ou à la course! Si on ajoute le vent et la chaleur, toutes les conditions étaient réunies pour que ce soit très ardu», soutient Isabelle Gagnon, ajoutant que la nage en eau libre n'était possible au Québec que depuis quelques semaines à peine.

«Nager dans ton corridor de piscine ou dans un lac où tu ne vois pas le fond, c'est complètement différent. Il y a toujours un élément de stress supplémentaire. Nos athlètes peuvent donc être très fiers d'eux, nous en avons des bons dans la région!»

Parmi les autres résultats, soulignons que Alain Delisle (premier, 45-49 ans) et Marie-Claude Ayotte (troisième, 35-39 ans) ont récolté un podium lors du Subaru Ironman 5150, samedi, dans le cadre du premier des deux événements organisés à Mont-Tremblant par la puissante organisation.

Près de 4000 personnes en provenance d'une quinzaine de pays ont pris part à l'une ou l'autre des épreuves.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer