Une petite peste et des défenseurs

Impliqué malgré lui dans une imposante controverse à... (AFP)

Agrandir

Impliqué malgré lui dans une imposante controverse à Flint, William Bitten a trouvé le moyen d'inscrire 65 points en 67 matchs. Le Canadien en a fait son choix de troisième ronde, samedi à Buffalo.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Buffalo

Vendredi, le Canadien a obtenu, en Andrew Shaw, un joueur dont le style ressemble à Brendan Gallagher. Samedi, il a sélectionné un partisan et une autre copie conforme de la petite peste du Tricolore.

Après avoir regardé passer la parade au deuxième tour - l'équipe ayant cédé ses deux choix aux Blackhawks de Chicago la veille -Trevor Timmins a opté pour le joueur de centre William Bitten, des Firebirds de Flint, au 70e échelon.

Bitten a été le premier de cinq joueurs sélectionnés samedi par le Canadien, qui n'a rapatrié aucun Québécois ce week-end.

Si ça peut consoler les partisans du Canadien qui affectionnent les Québécois, Bitten a des liens serrés avec la Belle Province et la francophonie, puisque sa mère est originaire de La Sarre, en Abitibi-Témiscamingue.

Et lui-même est un Franco-Ontarien qui vient de Gloucester, près d'Ottawa, et qui a toujours été un partisan du Canadien. On l'a d'ailleurs bien senti lorsque son nom a été prononcé. «C'est un très bon feeling. Ma famille vit à Montréal et le Canadien est mon équipe favorite depuis que je suis petit. Je vais m'en souvenir toute ma vie», a-t-il lancé aux journalistes.

Au fil d'une saison, avec Flint, marquée par une imposante controverse liée à l'utilisation du fils du propriétaire de l'équipe, Bitten a trouvé le moyen de récolter 30 buts et 35 passes en 67 matchs. Il a cependant présenté un ratio défensif de moins-29. «Nous avons vécu beaucoup de distractions, et ce n'est pas tout le monde qui aurait pu passer à travers ce que nous avons connu. Mais en tant qu'équipe, ça nous a permis de nous rapprocher.»

Et s'il aime tant Gallagher, c'est peut-être à cause des similitudes au niveau de la taille, puisque Bitten mesure cinq pieds dix pouces et fait osciller la balance à 164 livres.

Timmins, responsable du recrutement chez le Canadien, a d'ailleurs fait un rapprochement avec Gallagher. «Il est un guerrier, il est talentueux et possède de belles habiletés. La passion qui l'habite est semblable à celle de Gallagher.»

En plus d'avoir une maman originaire du Québec, Bitten peut se tourner vers des parents qui connaissent toutes les exigences liées à la pratique des sports d'élite.

Sa mère, Doris Piché, et son père, Mike Bitten, ont été des athlètes de pointe dans la discipline du badminton, participant même aux Jeux olympiques de 1992 et de 1996.

Après avoir choisi Mikhail Sergachev au premier tour vendredi soir, le Canadien a ajouté trois défenseurs samedi. Et d'autres joueurs de petite taille, comme Victor Mete, un défenseur que le Canadien a sélectionné avec le 100e choix, en quatrième ronde.

En cinquième ronde, au 124e échelon, l'équipe a sélectionné l'arrière Casey Staum, qui a passé la dernière saison avec la formation de Hill-Murray, une école secondaire du Minnesota.

Staum, qui tire de la gauche, est à peine plus imposant que Bitten et Mete, à cinq pieds onze pouces et 174 livres.

En sixième ronde, le Canadien a opté pour le centre Michael Pezzetta, des Wolves de Sudbury. Doté d'une bonne stature à six pieds un pouce et 204 livres, il a inscrit 10 buts et ajouté 18 mentions d'aide en 64 rencontres l'an dernier.

En principe, il devait s'agir de la dernière sélection du Canadien, mais Marc Bergevin a conclu une transaction mineure avec les Jets de Winnipeg pour obtenir le privilège de parler pour la dernière fois du week-end. Et avec ce choix, en septième ronde, Timmins a jeté son dévolu sur le défenseur suédois Arvid Henrikson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer