Bergevin peut-il s'offrir Dubois et Girard?

Marc Bergevin aura des choix cruciaux à faire... (photo: La Presse)

Agrandir

Marc Bergevin aura des choix cruciaux à faire lors du repêchage de la LNH qui se tiendra à Buffalo cette année

photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Buffalo) C'est un sujet intemporel, la présence de francophones dans l'alignement du Canadien de Montréal. À tort ou à raison, Trevor Timmins a souvent été jugé coupable de bouder le talent québécois, particulièrement dans les premières rondes des encans universels. Louis Leblanc a été un de ses rares paris dans cette position, et l'ex-étudiant de Harvard s'est avéré un flop total!

À ces Assises 2016 à Buffalo, la situation pourrait changer. En coulisses, on dit que Timmins et son armée de recruteurs seraient particulièrement intéressés à Pierre-Luc Dubois et Samuel Girard, deux des plus beaux espoirs québécois de cette cuvée. Les spéculations sont très fortes dans ces deux dossiers, et c'est peut-être la raison pour laquelle le Canadien a dérogé à sa politique habituelle en ne rendant pas disponible Timmins la veille du repêchage pour les journalistes qui sont déjà sur place à Buffalo.

Timmins va toutefois avoir besoin d'aide de son directeur-gérant s'il tient mordicus à enrôler Dubois et la Tornade de Roberval. Ça tombe bien, un peu tout le monde ici s'attend à un coup d'éclat de Marc Bergevin ce week-end, après la dernière saison désastreuse du Canadien.

Et c'est exactement ce que ça prend, un coup d'éclat, pour réussir à prononcer le nom de Dubois au micro. Grâce à une grosse fin de saison, Dubois a beaucoup grimpé dans les évaluations des dépisteurs. Les experts lui prédisent à peu près tous une sélection dans le top cinq vendredi soir. Ce qui semble coulé dans le béton, c'est qu'il ne sera plus dans les gradins au moment où le Canadien prendra la parole au neuvième échelon. Bergevin devra se montrer créatif s'il veut devancer sa première sélection.

La bonne nouvelle, c'est que les Oilers ont placé leur quatrième rang aux enchères. Ça ne veut pas dire que Peter Chiarelli va peser sur le bouton, mais il est au moins en mode écoute. Les Jets, détenteurs du deuxième choix, seraient peut-être prêts eux aussi à reculer si une offre alléchante à leurs yeux étaient déposés.

Bergevin a des valeurs attrayantes pour attirer leur attention. Par exemple, un jeune défenseur rempli de talent comme Nathan Beaulieu se veut certainement un appât intéressant. Il y a aussi le cas PK Subban qui alimente les discussions. Le défenseur étoile aura droit à une clause de non-échange le 1er juillet. Si le Canadien veut bouger son cheval de course, c'est le timing parfait. Pas sûr que ce soit l'idée du siècle, cependant, car c'est toujours périlleux de diviser la valeur d'une grande vedette. Neuf fois sur 10, c'est l'équipe ayant mis la main sur le meilleur joueur qui a le dessus dans une transaction. Subban a des défauts. Il tape sur les nerfs de quelques coéquipiers, paraît-il. Mais c'est un compétiteur, qui bouffe les 30 minutes les plus importantes de chacun des matchs auxquels il participe. Pourquoi croyez-vous qu'une dizaine d'équipes feraient de l'oeil à Marc Bergevin dans ce dossier? Subban arrive dans les meilleures années de sa carrière. À moins d'une offre mirobolante, le directeur-gérant du Canadien doit manier cette situation avec beaucoup de prudence.

Dans le cas de Samuel Girard, si le Canadien veut réellement l'enrôler, Bergevin a les cartes en poche pour y arriver. S'il est très optimiste de croire que la vedette des Cataractes sera encore disponible au 39e rang, Bergevin peut probablement s'avancer en fin de première de ronde en se servant aussi de son 45e choix. Deux choix de deuxième ronde, c'est le prix à payer normalement pour avoir la chance de parader sur l'estrade en fin de soirée.

On saura dans quelques heures si l'intérêt de Timmins pour Dubois et Girard était à ce point prononcé. Dubois est un gros attaquant complet, Girard est un petit magicien en défensive. Les deux sont animés par un esprit de compétition hors norme, et ils ne détesteraient pas enfiler le maillot des Glorieux. Si les astres s'alignent, ça pourrait être une première ronde spectaculaire à souhait pour les partisans du Canadien, qui ont dû se contenter de pain noir l'hiver dernier!

Partager

À lire aussi

  • Bergevin: «Je ne magasine pas P.K.»

    Hockey

    Bergevin: «Je ne magasine pas P.K.»

    Marc Bergevin ne cherche pas à échanger P.K. Subban. C'est essentiellement ce que le directeur général a indiqué en point de presse à la veille du... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer