Un Pedro Lopez 2.0?

Danny Richar est arrivé à Trois-Rivières pendant le... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Danny Richar est arrivé à Trois-Rivières pendant le deuxième match de la série face aux Cubains, mardi soir, et tout porte à croire qu'il revêtira l'uniforme des Aigles dans un très proche avenir.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Ayant décidé de poursuivre sa carrière au Mexique, Pedro Lopez ne porte plus les couleurs des Aigles cette année et son absence se fait sentir, surtout en défensive.

Mais il continue pourtant à aider son ancienne équipe, avec qui il a remporté le championnat de la Ligue Can-Am en septembre dernier.

Sans Lopez, les Aigles n'auraient peut-être jamais mis la main sur leur nouvelle acquisition Danny Richar. Ce dernier est arrivé à Trois-Rivières pendant le deuxième match de la série face aux Cubains, mardi soir, et tout porte à croire qu'il revêtira l'uniforme dans un très proche avenir.

À l'instar de Lopez, Richar évolue comme joueur d'avant-champ et le gérant Pierre-Luc Laforest lui confiera sans doute la tâche de défendre le deuxième coussin, une position où les Aigles peinent à trouver un joueur fiable et régulier.

«Il est vraiment là pour stabiliser notre avant-champ», soutient le directeur général René Martin. «Pedro a dit qu'il avait plus de puissance que lui. En consultant ses statistiques dans le baseball affilié, on a vu qu'il pouvait claquer six ou sept circuits par saison. Dans notre petit stade Fernand-Bédard, il devrait pouvoir s'amuser un peu!»

Mais Richar ne débarque pas en Mauricie pour sa puissance. S'il a été en mesure de toucher aux majeures, c'est en partie grâce à son jeu défensif et sa moyenne au bâton.

En 2007, il a joué 56 matchs avec les White Sox de Chicago, tous au deuxième but. Il en a ajouté respectivement 16 et 7 chez les Reds de Cincinnati en 2008 et 2009. C'est beaucoup plus que Lopez, dont l'expérience dans le «Show» se limite à 16 parties.

D'ailleurs, n'eût été des blessures, Richar aurait peut-être goûté à la vie de millionnaire quelques années supplémentaires. «Ç'a été la plus belle expérience de ma vie et je réalise aujourd'hui que chaque fois que tu en as une, tu dois la saisir», philosophait l'athlète de 33 ans, dans les gradins du stade, alors qu'il voyait en action sa future équipe pour la première fois.

«Je peux jouer au troisième but, au deuxième et au premier. Je sais que Pedro a dit que j'étais meilleur que lui, je prends ça comme un compliment car c'est tout un joueur lui aussi! Je veux juste aider l'équipe à marquer plus de points et à tourner les jeux en défense. Il faut absolument commencer à gagner.»

En quatre campagnes au niveau AAA dans les rangs affiliés, il montre une moyenne au bâton de ,295. Son pourcentage d'efficacité défensive de ,974 en neuf saisons au sein du baseball affilié constitue aussi une statistique évocatrice. On comprend mieux pourquoi il a roulé sa bosse pendant tant d'années, voyageant aux États-Unis, au Mexique, en République dominicaine... et dorénavant au Canada.

«Il faut toujours croire en nous-même et je continue d'espérer une promotion dans les ligues plus hautes. Les choses changent vite parfois dans le monde du baseball, mais pour l'instant, je me concentre sur mes tâches avec les Aigles de Trois-Rivières.»

Richar entre dans un vestiaire où il connaît très peu de joueurs, si ce n'est Delvis Morales. Les deux ont défendu les couleurs des Aguilas Cibaenas de Santiago, l'un des clubs emblématiques de la ligue de la République dominicaine.

Le temps dira si sa présence dans l'alignement trifluvien saura dynamiser une équipe qui en a bien besoin.

D'autres mouvements à venir

Les Aigles ont congédié bon nombre de leurs employés depuis deux semaines et le ménage ne semble pas encore complété. On chuchote dans les corridors du stade qu'un releveur dominant pourrait rejoindre les Oiseaux.

Le poste de Merchan en danger?

Il faudra aussi surveiller le statut du vétéran Jesus Merchan. Blessé dans les premiers matchs de la saison, le joueur d'avant-champ tarde à guérir et il y a déjà congestion pour les postes attribués aux vétérans, avec la présence de Matthew Rusch, Steve Brown, Javier Herrera et maintenant Danny Richar.

Bien que les dirigeants des Aigles s'abstiennent de commenter le dossier, ça ne prend pas une formule mathématique corsée pour comprendre qu'il y aura un surplus de joueurs d'avant-champ lorsque Merchan sera prêt à revenir, d'autant plus que les Trifluviens lorgneraient un joueur de premier but. Simon Gravel occupe cette position depuis les derniers remaniements.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer