Ça prend une étincelle, et vite!

Pierre-Luc Laforest... (François Gervais)

Agrandir

Pierre-Luc Laforest

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

COMMENTAIRE / Pierre-Luc Laforest peut s'estimer chanceux. S'il dirigeait une équipe de hockey, il serait au chômage depuis quelques semaines déjà!

20 défaites en 23 sorties pour une équipe championne, c'est dur de trouver un lendemain de veille plus costaud. Bien sûr, ce n'est pas Laforest qui fend l'air à répétition au marbre, ni lui qui n'arrive pas à enchaîner les jeux de routine en défensive.

Mais comme, en plus de ses tâches de gérant, il est celui qui recrute majoritairement les joueurs qui composent sa formation, il est imputable de cette saison de misère que traversent les Aigles.

Ceci dit, le gérant peut dormir tranquille, paraît-il. Dans l'univers à part que constitue le baseball indépendant, les francophones qui peuvent gérer un club de balle et qui possèdent les contacts pour garnir l'alignement sont bien peu nombreux.

Reste que ce début de parcours doit faire grincer des dents dans les bureaux de l'équipe, où on voulait surfer sur le championnat de la dernière saison afin d'arriver à rentabiliser les opérations.

La bonne nouvelle, c'est que quatre clubs sur six font les séries dans la Ligue Can-Am. Le cap du quart de la saison n'est pas encore atteint, et les Aigles accusent huit matchs de retard sur le quatrième échelon. Alors c'est encore faisable d'effectuer une remontée, à condition que l'étincelle se manifeste rapidement.

Laforest a essayé de la provoquer récemment en virant des joueurs, puis en se faisant expulser vendredi. Il y a eu des déclarations incendiaires dans les médias aussi. Tout ça n'a rien donné. Peut-être que la visite de la délégation cubaine va être le déclencheur tant souhaité. Il y aura du monde dans les gradins, et les joueurs des Aigles sont sûrement excités à l'idée de se mesurer à une équipe nationale renommée.

S'ils gagnent cette série, les Trifluviens pourront bâtir sur du solide et se mettre aux trousses de Sussex County et d'Ottawa. Mais pour avoir une chance que ce scénario se matérialise, ça va prendre une troupe pas mal plus inspirée que lors des dernières semaines.

Les Cubains débarquent en Mauricie avec trois défaites en quatre matchs à Québec, c'est assez clair que leur orgueil a été touché. Pariez qu'ils seront prêts pour le premier lancer mardi soir. Si l'équipe en face d'eux n'est pas affamée, ça risque de faire mal!

Partager

À lire aussi

  • Aigles: les Cubains arrivent en ville

    Aigles

    Aigles: les Cubains arrivent en ville

    Ils ont été reçus par le maire de Montréal, Denis Coderre, ont rencontré le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et toute l'organisation... »

  • Un grand moment parmi d'autres

    Sports

    Un grand moment parmi d'autres

    La visite de l'équipe nationale de Cuba à Trois-Rivières s'ajoutera à une liste déjà bien garnie d'événements ou de personnages qui auront marqué... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer