Un grand moment parmi d'autres

Même avec un seul bras, Pete Gray a... (Archives, Associated Press)

Agrandir

Même avec un seul bras, Pete Gray a été en mesure de terroriser les lanceurs adverses pendant ses deux séjours à Trois-Rivières, à la fin des années 30 et au début des années 40. Il a plus tard porté l'uniforme des Browns de St. Louis dans les ligues majeures.

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La visite de l'équipe nationale de Cuba à Trois-Rivières s'ajoutera à une liste déjà bien garnie d'événements ou de personnages qui auront marqué l'histoire du baseball dans la région.

Le statisticien Gerry Rochon, qui n'a plus besoin de présentation, a dressé son top 5 des moments marquants de l'histoire du stade Fernand-Bédard dans l'ordre chronologique.

1. L'ouverture officielle

Le 9 juillet 1939, le premier ministre Maurice Duplessis inaugurait officiellement le stade de baseball de Trois-Rivières, marquant le tout avec un défilé dans les rues de la ville jusqu'au parc de l'Exposition.

Celui que l'on surnommait le Chef avait tenu un discours devant 5000 personnes au cours de l'après-midi, avant d'effectuer le lancer protocolaire lors d'un match tenu en soirée entre les Renards de Trois-Rivières et Drummondville, dans la Ligue provinciale, match remporté par l'équipe locale au compte de 2-1. Duplessis aura donc rempli le stade deux fois dans la même journée!

2. Pete Gray, de Trois-Rivières aux majeures

Peter Wyshner Gray est connu pour avoir été l'un des rares joueurs de baseball amputés à avoir évolué dans les ligues majeures. Gray avait perdu son bras droit dans un accident survenu durant son enfance, mais ça ne l'a pas empêché de connaître une belle carrière sportive.

Il a porté l'uniforme d'une équipe de Trois-Rivières à deux reprises, soit en 1938 (Ligue provinciale D) et en 1942 (Ligue canado-américaine). Gray a frappé pour une moyenne de ,306 lors de son premier séjour en Mauricie, avant de gonfler cette statistique à ,381 quatre ans plus tard. Tout ça en 42 parties.

3. Foule record

Les plus vieux s'en souviennent comme l'un des plus beaux cadeaux reçus pour le monde du sport à Trois-Rivières.

Grâce aux Reds de la Ligue Eastern, les amateurs de baseball de la région ont pu côtoyer quelques-unes des futures vedettes du baseball majeur.

Le 2 août 1971, pas moins de 8323 personnes assistent à la défaite de 5-1 des Reds devant l'équipe de Reading. Il s'agit de la plus grande foule jamais enregistrée pour un match de baseball au stade.

Dans la foulée de ces matchs mémorables disputés devant des foules imposantes, il faut aussi retenir le retour au monticule du lanceur Éric Gagné, devant 6022 amateurs le 28 août 2015.

4. Maîtres chez eux

Les Aigles juniors de 1984 ont sans doute écrit l'une des plus belles pages de l'histoire du baseball en région. Du 23 au 26 août, les Trifluviens ont fait vibrer leurs fans et ont couronné un tournoi magique en remportant le Championnat canadien junior, battant la Colombie-Britannique 10-5 devant plus de 4000 témoins.

La victoire était d'autant plus significative que les joueurs de l'équipe avaient appris, dans la journée, le décès d'un des leurs. Ils avaient en quelque sorte gagné ce championnat pour Alain Lesage.

5. Un mondial mémorable

L'équipe nationale de Cuba ne sera pas la première délégation de ce pays à visiter Trois-Rivières pour du baseball. En 1989, du 10 au 20 août, la ville a eu le privilège d'organiser le Championnat mondial de la discipline.

Devant 5000 personnes en finale, les États-Unis avaient eu raison des Cubains par la marque de 11-3. La médaille de bronze était revenue à l'Australie. Pas moins de 12 équipes et 34 matchs auront été présentés en moins de deux semaines.

Partager

À lire aussi

  • Aigles: les Cubains arrivent en ville

    Aigles

    Aigles: les Cubains arrivent en ville

    Ils ont été reçus par le maire de Montréal, Denis Coderre, ont rencontré le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et toute l'organisation... »

  • <em>Ça prend une étincelle, et vite!</em>

    Sports

    Ça prend une étincelle, et vite!

    COMMENTAIRE / Pierre-Luc Laforest peut s'estimer chanceux. S'il dirigeait une équipe de hockey, il serait au chômage depuis quelques semaines déjà! »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer