Les Aigles perdent un septième match de suite

Les Aigles pourraient subir un deuxième balayage de... (Archives, Olivier Croteau)

Agrandir

Les Aigles pourraient subir un deuxième balayage de suite, mercredi, advenant une victoire des Boulders dans le dernier match de leur série présentée à Ramapo.

Archives, Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Puisqu'ils ne peuvent se fier à l'attaque pour inscrire des points, on demande aux lanceurs des Aigles, depuis le début de la saison, d'être pratiquement parfaits sur le monticule. Ils n'ont pas droit à l'erreur. Mais ils sont aussi humains.

Ryan Bollinger a connu une sortie hasardeuse et le releveur Max Schonfeld a fait encore pire, mardi, pavant la voie à une victoire facile de 14-4 des Boulders de Rockland, du côté de Ramapo dans l'État de New York.

Il s'agissait pour les Aigles d'une septième défaite consécutive, d'une 15e en 18 sorties.

C'était la première fois depuis le 30 mai qu'ils inscrivaient plus de deux points dans un match.

Prendre les devants, puis s'écrouler

À l'instar de la veille, les Trifluviens étaient parvenus à inscrire le premier point de la partie, et ce, dès la manche initiale. Daniel Mateo, de loin le plus constant au bâton jusqu'à présent, donnait l'avance à son équipe grâce à un circuit aux dépens de l'as Richard Salazar.

Quelques minutes plus tard cependant, Bollinger se mettait dans l'embarras en concédant deux buts sur balles, puis un circuit à Jared Schlehuber (quatre coups sûrs et six points produits dans la journée).

Les Boulders allaient en rajouter en troisième, gracieuseté d'une erreur et d'un frappeur atteint qui permettait aux locaux d'enfiler trois autres points. Mais le pire restait à venir.

En sixième, Max Schonfeld a affronté pas moins de 11 frappeurs des Boulders! Ces derniers l'ont accueilli en claquant sept simples et un double. Au terme de cette autre manche pénible, le tableau indiquait un pointage de 14-2 en faveur des locaux.

«Bollinger a eu une sortie difficile, il n'arrivait pas à lancer des prises, donc sa journée a été écourtée», mentionnait le gérant Pierre-Luc Laforest, qui n'a pu se fier à Schonfeld pour éteindre les feux.

«Non, il n'a pas su fermer la porte. Ce genre de match peut survenir au cours de la saison pour n'importe quel lanceur. C'est juste malheureux que tout s'écroule en même temps encore une fois pour nous. Ça aurait pris quelques gros coups sûrs, sauf qu'ils ne sont jamais venus.»

Dans les faits, les Boulders n'ont réussi que deux coups sûrs de plus que les Aigles (13 contre 11). Seul Sam Judah a été blanchi à ce chapitre. Cette statistique démontre de nouveau que les Oiseaux ont toutes les misères du monde à jouer du baseball de situation. «Il y aura des changements dans les heures ou les jours à venir», s'est contenté de dire Laforest, dont les hommes bénéficiaient d'une longue période de temps libre, mardi, après avoir joué en matinée.

La dernière joute de cette série de trois aura lieu mercredi, de nouveau en matinée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer