Nouvelle semaine, nouveau départ

Pierre-Luc Laforest... (François Gervais)

Agrandir

Pierre-Luc Laforest

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Pierre-Luc Laforest quitte très rarement son bureau avec le sourire ces jours-ci. On peut le comprendre. Il transporte comme un fardeau le poids des défaites qui s'accumulent au classement général pour ses Aigles de Trois-Rivières, de loin la pire formation de la Ligue Can-Am jusqu'à présent (3-13).

Les Trifluviens ont atteint de nouveaux bas-fonds, samedi, en perdant un cinquième match de suite, un troisième en deux jours contre les Jackals du New Jersey qui les ont ainsi balayés devant leurs partisans. Improductifs au bâton, les Aigles jouent pour moins de ,200 (,188) en 2016, un rendement plutôt alarmant. Ils n'ont que deux victoires à leurs 15 dernières sorties et on ne semble pas voir le moment où les choses débloqueront enfin.

Mais le gérant Laforest ne perd pas espoir. Après une bonne rencontre d'équipe avant le match de samedi, il a retenu des points encourageants de la défaite de 5-1 encaissée face aux rivaux du New Jersey, notamment les fameuses présences au bâton.

«J'ai senti une énergie différente que celle des derniers jours, comme si certains gars avaient retrouvé le désir de se battre. Ceux qui ont été blessés pendant presque deux semaines récoltent de plus en plus d'apparitions. Le problème, c'est qu'on a dû composer avec les Jackals pour ces retours. C'était probablement le pire adversaire à affronter dans les circonstances.»

Laforest entame ainsi la nouvelle semaine avec de nouveaux espoirs. Il ignore toujours quand ses vétérans du Venezuela Jesus Merchan (blessure) et Javier Herrera (visa de travail) seront disponibles, mais ça ne devrait pas se produire durant la prochaine semaine, qui s'amorcera lundi avec un voyage de trois jours au domicile des Boulders de Rockland. Les Champions d'Ottawa visiteront ensuite le stade Fernand-Bédard à compter de jeudi.

«On a avalé notre pilule, mais maintenant, c'est l'heure de gagner des matchs. Il reste encore 84 parties à la saison et on veut revivre l'expérience des séries.»

Face aux Boulders, tout porte à croire que les Aigles devront encore négocier avec quelques joueurs aux prises avec des blessures. Sam Judah s'est disloqué un pouce en fin de semaine, mais il est en mesure de jouer. Même chose pour le receveur Kyle Lafrenz, atteint au coude par une balle vendredi.

«Son coude est gros comme un ballon de volleyball», mentionne Laforest, plus optimiste par rapport au bilan de santé de Yeixon Ruiz, de plus en plus à l'aise dans ses courses. Même chose pour le receveur Bobby Coyle, de qui on attend beaucoup chez les Aigles.

Parmi les nouvelles acquisitions, les Oiseaux ont ouvert les portes de leur vestiaire à Kori Melo. Le petit joueur d'avant-champ peut aussi évoluer en tant que voltigeur et même comme receveur. De plus, il est un frappeur ambidextre. «Il peut devenir un vrai bon joueur d'utilité, on va lui laisser la chance de nous montrer ce qu'il peut accomplir.» Melo a disputé sa première partie avec les Aigles samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer