Un vrai test pour Simon Kean

Simon Kean sera confronté à son plus important... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Simon Kean sera confronté à son plus important défi en carrière, le Mexicain Daniel Cota.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Encore échaudé par son premier combat professionnel face au Hongrois Balázs Bodó, le 6 novembre dernier dans une Bâtisse industrielle pleine à craquer, Simon Kean (4-0, 4 K.-O.) a affiché un large de sourire de satisfaction cette semaine lorsqu'il a entendu son adversaire Daniel Cota (17-6-1, 10 K.-O.) déclarer qu'il débarquait à Trois-Rivières avec la ferme intention d'arracher une victoire en territoire hostile, vendredi soir.

Pas question de se coucher au sol dès la première secousse, le Mexicain semble être venu pour échanger les coups de poing. En jetant un coup d'oeil à sa feuille de route, on peut avoir tendance à le croire.

Kean semblait ravi à l'idée que le public trifluvien aura droit à un spectacle digne de ce nom.

«J'étais pas mal content de l'entendre dire qu'il ne venait pas ici pour ramasser un chèque de paye. C'est un gars capable d'encaisser des coups. On va pouvoir donner un show», a indiqué Kean jeudi lors de la pesée officielle en vue de cette deuxième carte de boxe professionnelle à être présentée à Trois-Rivières en l'espace de sept mois par Eye of the Tiger Management, en collaboration avec le club Performance de Trois-Rivières.

Sur le pèse-personne, un peu moins de six livres séparaient Kean (251) et Cota (245,4). Vendredi soir, face à un rival ayant affronté deux champions du monde lors de ses trois derniers combats, le Trifluvien de 27 ans entend se donner un round d'observation avant de passer à l'attaque.

«Je suis prêt à concéder le premier round. Je vais en profiter pour l'étudier et installer ma distance. Ensuite, je vais passer à l'attaque. J'ai remarqué qu'il a une grosse tête, ça va me faire plus de place pour frapper!», a lancé, sourire en coin, l'olympien de Londres 2012.

Pour le poulain d'EOTTM, il s'agira d'un quatrième combat en présence de Mike Moffa dans son coin. Son nouvel entraîneur n'a pas manqué de vanter le boulot accompli par Jimmy Boisvert avant que Kean ne quitte vers Montréal pour s'y entraîner à temps plein.

«Il avait déjà tout ce qu'il faut quand il est arrivé avec moi. Jimmy a fait tout un travail avec lui. Je m'affaire maintenant à apporter quelques touches à la Moffa, surtout au niveau de sa défensive. Chez les poids lourds la défensive est particulièrement importante puisque tout peut basculer d'un seul coup de poing.»

Labrecque fébrile

Pendant ce temps, à quelques heures de son baptême de feu chez les professionnels, le Trifluvien d'adoption Guillaume Labrecque sentait la fébrilité le gagner. Fort de 45 combats dans les rangs amateurs, le porte-couleurs du club Performance se mesurera au Montréalais Jackson Nguyen (0-3-1).

«Mes devoirs sont faits. Mon adversaire est un peu plus petit que moi et je devrai profiter de ma plus grande portée. J'ai quand même beaucoup d'expérience dans un ring et je vais garder la même recette qu'à l'habitude. Je vais travailler à fond de train pendant quatre rounds. Ça promet d'être une grosse bagarre», a lancé le boxeur natif de Jonquière.

Devant parents et amis, les encouragements de la foule pourraient s'avérer fort utiles, selon lui. «Quand j'entends le monde crier, ça me donne le petit gaz pour réussir à terminer le round en force!»

En bref

Le Montréalais originaire du Kazakhstan, Battyrzhan Jukenbayev, qui sera en action vendredi soir, est le protégé du réputé entraîneur Stéphan Larouche... Tout juste avant le volet professionnel, qui se mettra en branle à 20 h, cinq combats amateurs seront présentés à compter de 18 h 30.

Du groupe, on retrouvera cinq athlètes locaux du club Performance, soit Danick Poisson, Machli Gracia, Charles Fenkam, Fabrice Cormier et Keamy Savoie...

François Pratte a respecté la limite de poids... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 4.0

Agrandir

François Pratte a respecté la limite de poids de 122 livres, mais son adversaire Juan Benitez ne peut en dire autant. 

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Pratte de mauvais poil

François Pratte était à prendre avec des pincettes jeudi après-midi au terme de la pesée officielle. Son adversaire mexicain, Juan Benitez, n'a pas respecté la limite de poids fixée à 122 livres.

Pour le boxeur trifluvien, qui livrera son troisième combat professionnel en carrière vendredi soir, il s'agit d'un manque de respect flagrant.

«C'est choquant. Il est arrivé ici une heure avant la pesée et il restait assis à ne rien faire. Il aurait très bien pu perdre la livre et demi qu'il avait en trop. Ça me met le feu au cul, car moi je me suis forcé pour respecter les règles. Lui, il s'en fout complètement!», a ragé le protégé de Jimmy Boisvert au club Performance.

Malgré cet anicroche, le combat aura tout de même lieu. Pour Pratte, il n'était pas question de laisser passer l'occasion de se battre dans son patelin. Il admet du même souffle que la motivation sera décuplée à la suite de l'incident à la pesée officielle.

«Je vais me battre quand même, car c'est chez moi. Mais je vais m'arranger pour le faire payer, c'est certain!»

En principe, Benitez devra remettre une partie de sa bourse à Pratte pour ne pas avoir respecté le poids.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer